Ultimate magazine theme for WordPress.

Financement de Pastef…Les cadres de Sonko recadrent Macky

Amadou Ba (gros plan) cadre de Pastef et Macky et le ministre Antoine Diome (en médaillon)
0

Dissolution de Pastef : le daltonisme juridique de Macky Sall

Par Amadou Ba, Membre Mouvement National des Cadres de Pastef

Après le fulgurant et impressionnant succès du Nemmekku tour lancé par Pastef pour collecter des fonds, Macky Sall, paniqué devant tant de ferveur populaire, a missionné son bras armé politique, le ministre de l’intérieur, pour menacer Pastef de dissolution.

Seulement, seulement Macky, faut pas confondre les pirates et les corsaires. La vieille loi n°81-17 du 06 mai 1981 sur les partis politiques et notamment son art 3 al.3 interdit le financement des partis politiques par des « étrangers résidant aux Sénégal » ou des Étrangers (Etats, lobbies ou particuliers) établis à l’extérieur du Sénégal.

L’art 3 al.3 est on ne plus explicite. Les seules ressources autorisées aux partis politiques, sont « les cotisations, dons et legs de ses adhérents et sympathisants NATIONAUX ».
Un adhérent ou sympathisant « national » reste un sénégalais du point de vue de la constitution même s’il réside à l’étranger.
Par conséquent, l’art 3 al.3 n’interdit nullement que des sénégalais vivant à « l’étranger » participent au financement des partis politiques sénégalais, d’autant plus que vous avez vous-même érigé la Diaspora en 15 ème Région du Sénégal avec ses députés et Élus réservés.

Vous faites preuve d’inculture juridique volontaire en confondant le sens générique de « l’Étranger » et de « Sénégalais vivant à l’étranger ». Les sénégalais, même vivant à l’étranger, restent des sénégalais.

Mais votre daltonisme juridique Mr Macky Sall est inquiétant davantage si on considère que cet art al.3 de la loi que vous invoquez pour dissoudre Pastef, fait d’abord obligation à tous les partis politiques de « déposer chaque année au plus tard le 31 janvier le compte financier de l’exercice écoulé ».
Sortez nous un seul compte financier déposé par l’Apr depuis 2012 au titre de l’article 3 de la loi de 1981 que vous invoquez pour menacer Pastef.

Mr le ministre, on connaissait vos basses besognes politiciennes comme Procureur à la Crei dansl’affaire Karim Wade, vous avez fait tomber la toge pour celle du capo de Macky Sall, soit!

laissez un commentaire