Funérailles du jeune décédé à Fatick : Ce qui s’est réellement passé…

« Des députés de la mouvance présidentielle ont failli être copieusement lynchés et conspués lors des funérailles du jeune moteur « jakartman »de 26 ans, Lamine Koïta, tué à Fatick, récemment ». Cette information largement distillée par une certaine presse vient d’être démentie par des sources bien au fait des événements qui ont émaillé la ville du Président de la République. » Des gens, adeptes du catastrophisme, ont colporté des informations nulles et non avenues. Ce qu’ ils ont véhiculé via les médias ne cadre nullement avec la vérité .L’ honorable député Fada Guène a, lui, fait violence sur lui-même pour prendre part aux funérailles de son défunt de militant, compatir avec sa famille, ses proches. Il a bravé vents et marées pour être là à l’inhumation du jeune Koïta. Et,notre surprise a été grande d’entendre tout ce bruit raconté à ce sujet », regrette un ami du défunt.

Embouchant la même trompette, une dame proche de la famille, de s’expliquer : »Nous portons toujours le deuil et voilà qu’on spécule sur des choses qui ne tiennent pas la route. Le député Fada Guène a, himself, pris son courage à deux mains pour venir prendre part aux funérailles et à côté de la famille éplorée. Dans le tumulte des discussions, l’ on a pris la sage décision de l’ installer dans le salon familial pour qu’ il recueille les doléances de ces milliers de jeunes venus accompagner un des leurs fauchés .Je vois mal qu’ on  veut raconter des songes et mensonges pour salir, ne serait-ce ,la mémoire du défunt Lamine Koïta. Lui (Fada Guène) qui avait à ses côtés du Coordonnateur du Forum du Justiciable, Babacar Ba,a voulu être simplement l’ interlocuteur de cette jeunesse agitée par cette perte atroce  auprès des autorités étatiques. Il a même dû surseoir un match de football de « EJEF »(Entente Jeunesse de Fatick) pour marquer sa solidarité .En sa qualité de Président de la structure ,il est parvenu à convaincre tout son monde. Qu’ on l’ épargne vraiment de ces sorties qui déshonorent leurs auteurs ».