Ultimate magazine theme for WordPress.

Gamou 2021 : Hommage à El Hadj Malick Sy…le rassembleur

0

Gamou 2021 : HOMMAGE A EL HADJ MALICK SY LE RASSEMBLEUR, UN ERUDIT DE L’ISLAM ET DE LA CONFRERIE TIDJANE !

El Hadj Malick Sy est né vers 1855 à Gaya dans le département de Dagana (1). Le prénom de son père fut Demba Khourédia Sy, mais il « a remplacé son nom, de résonnance païenne, par Ousmane. Son père a fait une partie de ses études coraniques en Mauritanie, après il s’installa à Gaya pour étudier un ouvrage auprès d’un érudit du nom de Malick Sow. Il y connut Fatimata Wade dite Fawade Wélé et la prit comme épouse. A quelques mois avant la naissance d’El Hadj Malick Sy, son père s’éteignit et rejoignit le monde céleste après avoir donné à son futur enfant le nom de Malick (au cas où ce dernier serait un garçon). Un geste qui peut être considéré comme un signe de reconnaissance envers son professeur Thierno Malick Sow. Selon la source orale « ayant senti sa mort arriver, Ousmane aurait fait le sermon suivant : « prenez soin de mes livres coraniques puisque Malick arrivera bientôt si Dieu le veut ».

-Jeunesse et éducation religieuse :

Orphelin de père, El Hadj Malick Sy était pris en charge par sa mère Fawade Wélé et son oncle maternel Muhammad Abu Bakr plus connu sous le nom d’Alpha Mayoro. El Hadj Malick Sy débuta sa formation religieuse à Gaya avec son homonyme Malick Sow et Alpha Mayoro Wélé, des parents de sa famille maternelle. Il avait poursuivi ses études coraniques au Djolof, vers Sagatta, avec son oncle Amadou Sy, puis au Fouta dans le cercle de Saldé chez Abdou Bitéye. Il boucla sa formation coranique chez d’autres maîtres du Fouta dont Mamadou Top à Podor. En effet, après avoir mémorisé le Coran à l’âge très jeune, El Hadj Malick Sy s’était intéressé aux sciences islamiques en commençant par le droit musulman selon le rite « malikite », puis la théologie et les sciences religieuses, linguistiques et rationnelles. Il était devenu un « alim kulli fann », c’est – à – dire un encyclopédiste et spécialiste dans tous les domaines religieux qu’on étudiait à son époque. Ainsi, à 34 ans, précisément en 1889, El Hadj Malick Sy effectua le pèlerinage à la Mecque. Il y revint avec le titre de khalife de la tidjaniya pour le Sénégal. Dans le cadre de la propagation de l’islam et de la tidjaniya au Sénégal, il fut beaucoup aidé par les groupements omariens. Bien avant son pèlerinage à la Mecque, El Hadj Malick Sy avait d’ores et déjà adhéré à la confrérie tidjane après avoir rencontré beaucoup de marabouts au Djolof, au Sine – Saloum et au Fouta Toro. La tidjaniya fut fondée par Cheikh Muhammad Ibn Maktar Al Tidjani vers la fin du XVIIIème siècle, plus précisément en 1782. Cette confrérie musulmane est la plus répandue d’Afrique de l’Ouest. Initié entre 1828 – 1830 auprès de Muhammad Al Ghali (un disciple direct du fondateur de la tariqa tidjane), El Hadj Omar Tall fut nommé comme représentant de l’ordre tidjane pour toute l’Afrique de l’Ouest par ce dernier. Après El Hadj Omar Tall, plusieurs familles représentèrent la « tariqa » (confrérie) au Sénégal. Ce fut l’exemple d’El Hadj Malick Sy qui avait mené une révolution pacifique au Boundou… Le saint homme fut l’un des héritiers de la chaîne omarienne et mauritanienne.

-El Hadj Malick Sy et l’islamisation du Sénégal :

Tantôt surnommé « Mawdo », tantôt « Mame Asse », El Hadj Malick Sy a beaucoup contribué à l’islamisation du Sénégal. Et la tidjaniya y a joué un rôle très important. El Hadj Malick Sy a mené une révolution pacifique au Boundou. Il n’a jamais eu d’autres armes que son chapelet, son verbe et sa plume. Le Boundou était une zone cosmopolite, c’est – à – dire où se trouvaient plusieurs personnes de diverses origines. El Hadj Malick Sy menait une pédagogie d’islamisation par la décentralisation et par l’initiation à la tidjaniya. En effet, il donnait souvent des « ijâza » à ses disciples pour créer d’autres écoles coraniques. La qualité des enseignements religieux poussa beaucoup de gens à considérer l’école de Tivaouane comme une véritable « université populaire ». El Hadj Malick, comme il l’avait mentionné dans son livre Ifhâm al munkir al – jâni « je fus recommandé à ses détenteurs des sciences islamiques les plus éminents et les plus compétents par mon oncle maternel… ».(2)

En outre, il fit une propagande discrète, surtout centrée sur la diffusion de l’islam et de la confrérie dans les centres urbains avec la construction de mosquées et de daaras au Walo, Cayor, Fouta, Djolof, Sine – Saloum entre autres. En Afrique subsaharienne, El Hadj Malick Sy a beaucoup contribué à la propagation de l’islam et de la confrérie soufie. A vrai dire, les confréries religieuses du Sénégal ont beaucoup contribué à la lutte contre l’animisme et la domination coloniale. Cause pour laquelle Joseph Cuoq disait ceci « Ce sont les confréries qui ont le plus contribué, depuis un siècle, à l’islamisation du Sénégal. La tidjaniya, étant la confrérie la plus répandue dans le pays. Celui qui devait donner une vive impulsion à cette confrérie au Sénégal au XXème siècle a été le Hâjj Malick Sy ». Pendant 25 ans environ, El Hadj Malick Sy sillonna le Sénégal. Après un séjour en Mauritanie, il s’installa à Saint – Louis en 1884, puis à Louga, au Gandiol, à Ndiardé et à Pire avant de s’établir définitivement à Tivaouane en 1902. Une fois à Tivaouane, il œuvra pour la célébration du Maouloud ou Gamou. C’est dans ce sillage qu’un maillage du territoire sénégalais fut effectué par la « tariqa » tidjane. La « Zawia » d’El Hadj Malick Sy à Tivaouane figure sur la liste des sites et monuments historiques classés.(3)

-El Hadj Malick Sy et les colonisateurs français :

Avec le contexte de domination coloniale, toute entreprise d’islamisation par le sabre aurait échoué compte tenue de l’avancée technologique dont bénéficiaient les colonisateurs. Autrement dit, la carte d’Etat – major a été inventée, la mitrailleuse et le téléphone sans fil aussi. El Hadj Malick Sy attirait l’attention des colonisateurs à cause de sa stratégie d’islamisation et de ses déplacements. Par exemple, par le biais de ses déplacements, il avait noué des relations avec Fès au Maroc, et sa dévotion pour cette ville n’était pas fortuite car elle abrite le mausolée du fondateur de la tidjaniya Cheikh Muhammad Ibn Maktar Al Tidjani (1737 – 1815). Très pacifique, El Hadj Malick Sy exerça une forte influence dans tout le pays, surtout dans les centres urbains. De 1893 à juillet 1895, il fut convoqué plusieurs fois à Saint – Louis par les autorités coloniales. Rappelons que les Français avaient connu des résistances armées de la part d’adeptes de la tidjaniya tels El Hadj Umar Tall, Maba Djahou Bâ et Ahmad Cheikhou. Les colonisateurs avaient mis en place une stratégie d’occupation qui consistait à surveiller le moindre déplacement des marabouts.(4) C’est effectivement dans le cadre de cette surveillance que Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, le guide fondateur de la confrérie mouride fut déporté au Gabon en 1895 et en Mauritanie en 1903. La relation entre El Hadj Malick Sy et les colonisateurs a permis d’accélérer sa stratégie d’islamisation du Sénégal par l’enseignement islamique et l’éducation soufie. Malgré les multiples récriminations des colons, El Hadj Malick Sy insista sur le fait que son objectif était de « conquérir les cœurs et la foi des hommes et des femmes pour en faire de fervents musulmans ».(5) Ne possédant aucune preuve contre lui, le pouvoir colonial se résolut à l’évidence de dire ceci « El Hadj Malick Sy ne préparait pas une armée pour engager une guerre sainte ». Chose qui prouve une fois de plus que le guide religieux était très pacifique. En procédant par une islamisation par la décentralisation, El Hadj Malick Sy a pu résister pacifiquement à la politique d’assimilation que menaient les Français à l’époque coloniale.

 

El Hadj Malick Sy s’éteignit le 27 juin 1922 à Tivaouane où il fut inhumé. Son mausolée fait l’objet de nombreuses visites appelées « Ziar », de la part de nombreux disciples. Il laissa derrière lui plusieurs poèmes consacrés à l’éthique, au soufisme, à l’éloge du prophète Mohamed (PSL)… Il convient de retenir qu’El Hadj Malick Sy a été un éducateur qui a beaucoup contribué à la vulgarisation et à la consolidation de l’islam et de la tidjaniya au Sénégal. Il a toujours eu le souci ardent de magnifier le prophète Mohamed (PSL). Avec le Gamou entamé en 1902, la communauté tidjane continue toujours de se rappeler d’El Hadj Malick Sy.

Références :

(1)-La date précise de la naissance d’El Hadj Malick Sy est incertaine.

(2)-Sy, El Hadj Malick Sy, Ifhâm al munkir al – jâni

(3)-Arrêté du 27 mars 2003 portant publication de la liste des sites et monuments historiques classés.

(4)-Robinson, David, « Malick Sy, Teacher in the new Colonial Order»

(5)-Sy, El Hadj Malick, Diwân (recueil de poèmes sur le prophète Mohamed, Ahmed Tijani, Umar Ibn Sa’îd Tall Al Futi…), manuscrit personnel, p.318

Bon Gamou à tous !

Moulaye Bacary Tamba

Historien

laissez un commentaire