Ibrahima Sène accuse ce pays d’Afrique de bloquer la monnaie ECO

Ibrahima Sène du Parti de l'indépendance et du travail (PIT)

 Débats sur le CFA, l’Eco et le Nigéria

Le blocage actuel à l’avènement de l’Eco CEDEAO interpelle tous les panafricanistes des pays membres de la CEDEAO.

 Dans ce cadre, il ne faut pas tromper l’opinion sur l’attitude du Nigéria par rapport à l’Eco.

 Il est vrai qu’auparavant, le Nigéria mettait l’accent sur la nécessité de recouvrer la souveraineté monétaire des pays de l’UEMOA vis à vis de la France, avant d’avancer avec l’Eco.

Mais, il a rapidement changé le fusil d’épaule dès que les pays de l’UEMOA ont retiré leurs réserves du Trésor Français pour les confier à la BCEAO, et ont fait partir les représentants de la France des organes de gestion de leur monnaie dénommée, par anticipation, Eco, montrant ainsi vers quelle direction ils entendent aller.

C’est ainsi que la France n’est plus ciblée par le Nigéria comme obstacle à a réalisation de l’Eco, mais bien, la nécessité du respect préalable des critères de convergence budgétaire en rejetant ainsi ‘ Eco » aux calendres grecques !

Ce sont des experts anti Eco qui ont soulevé la question de la garantie de la France pour le maintien de la parité fixe du CFA avec l’Euro, mais pas le Nigéria, dont la monnaie est aussi rattachée au dollar américain par une parité fixe.

C’est cette parité fixe qui oblige le Nigéria à dévaluer fréquemment sa monnaie suivant le renchérissement du dollar, puisque ne disposant pas d’une garantie extérieure, comme la France l’est pour le CFA, pour maintenir le taux de change de sa monnaie vis à vis du dollar. 

 De même, le Nigéria ne met pas en cause  » le libre transfert des bénéfices » qui serait un obstacle à l’Eco, étant donné, que, conformément aux règles de la mondialisation libérale, ce  » libre transfert » est une exigence de tous les investisseurs étrangers dans tous les pays du monde, quel que soit le système monétaire considéré.

Ce qui explique donc cette attitude de blocage du Nigéria, n’est rien d’autre que sa déception de voir les pays de l’UEMOA, entamer ensemble, leur retrait du contrôle de leur monnaie par la France, et non individuellement.

Le Nigéria espérait avoir affaire avec des pays de l’UEMOA dotés chacun de sa propre monnaie nationale, comme le réclament nos « souverainistes monétaires » ; comme c’est le cas avec les autres pays membres de la CEDAO, pour disposer de rapports de force lui permettant de dicter sa politique monétaire dans la sous-région.

 C’est cela qui est ruiné par les pays de l’UEMOA en restant ensemble pour constituer une force monétaire face au Nigéria.

Donc, plutôt que d’accabler les Chefs d’Etat de l’UEMOA, ou d’accuser la France de manœuvre, c’est bien l’attitude égoïste du Nigéria qu’il faut combattre pour déblayer la voie à l’Eco.

Surtout que le faux débat sur la « parité fixe et la garantie de la France » qui réduit la question de notre souveraineté monétaire vis à vis de ce pays, à la seule question de la gestion du CFA, occultent les accords monétaires de nos pays avec la France, qui, outre la monnaie CFA, incluent aussi le dépôt de notre OR dans les coffres de la Banque de France.

Tous nos « activistes » et « théoriciens’’ anti CFA, évitent de poser la nécessité du retrait de notre OR de la Banque de France pour les loger à la BCEAO.

Ce qui enlèverait tout intérêt économique à la France, à accepter de continuer à garantir la parité fixe de notre monnaie avec l’Euro, tout en nous restituant la plénitude de notre souveraineté monétaire.

Refusons donc de continuer d’être les dindons de la farce de ces théoriciens   experts et autres activistes qui sont en fait, en service commandé de la France ou du Nigéria !

Ibrahima SENE PIT/SENEGAL

Dakar le 9 Décembre 2020

laissez un commentaire