Ibrahima Sène décortique l’activisme de l’opposition dans la presse

Ibrahima Sène (PIT) : « L’activisme de l’opposition dans la presse et les réseaux sociaux laisse de marbre les Sénégalais »

 Le secrétaire aux Enquêtes économiques du Parti de l’Indépendance et du Travail que Xibaaru a accroché par mail, revient sur certains sujets qui marquent l’actualité nationale. Ne fuyant jamais le débat, Ibrahima Sène bat en brèche les arguments soulevés par l’opposition pour ébranler le Président de la République Macky Sall.

L’actualité au Sénégal, ce sont les inondations. Des inondations qui ont pris des ampleurs telles que certains crient au scandale et réclament des comptes sur le Plan décennal de lutte contre les inondations dont 750 milliards FCFA avaient été mis à disposition depuis 2012. Pour certains, c’est un échec de la politique du Président de la République Macky Sall dans ce sens. Quelle lecture, faites-vous de la situation ?

D’abord il faut remarquer que nos opposants ont tout faux en soutenant que le Président Macky Sall a été imprévoyant, alors qu’ils reconnaissent en même temps, que dès son accession au pouvoir en 2012, il a fait adopter un « Plan décennal de lutte contre les inondations » (Pdli) chiffré à plus de 760 milliards !

Ensuite, ils font preuve de mauvaise foi en affirmant que la totalité de ce financement était déjà mobilisé dès 2012, pour en conclure que l’ampleur des inondations actuelles prouverait que cet argent a été détourné, et exiger l’audit du Pdli afin de situer les responsabilités et de traduire en justice ceux qui ont détourné l’argent !

Comment peuvent-ils ignorer que ce Pdli est structuré en trois phases dotées chacune de prévision de financement ?

opposition
Ibrahima Sène du Parti de l’indépendance et du travail (PIT)

Ainsi, Il y a d’abord une phase d’urgence 2012-2013   dont le budget était de 66,375 milliards FCFA, a été entièrement exécuté. Ensuite, la phase court -terme 2014-2016 dont le budget prévu de 250,603 milliards Fcfa en cours de finalisation, et enfin, la phase, moyen et long terme 2017-2022   budgétisée à 450, 009 milliards » ! Au vu de tout cela, comment peut-on accorder un crédit quelconque à nos détracteurs ?

N’avaient –ils pas essayé de faire des « choux gras » le rebondissement enregistré de cas positifs Covid-19, pour déclarer à cor et à cri, que le Président Macky Sall avait échoué dans sa « guerre » contre cette pandémie, tout en réclamant des comptes sur la gestion des fonds Covid-19 accusée de malversation ?

Il a fallu que notre pays soit reconnu au plan mondial d’avoir eu la deuxième meilleure performance dans la gestion de la pandémie, pour les voir raser les murs, pour s’accrocher, aujourd’hui, tête baissée, sur les inondations récentes, pour reprendre leur rengaine d’accusation d’échec du gouvernement et d’exigence d’auditer l’utilisation des fonds du Pldi !

Mais, malheureusement pour eux, l’on se rend compte qu’ils prennent pour la réalité, leurs souhaits d’avoir des éléments probants pouvant attester de l’échec des politiques publiques du Président MackySall, afin de pouvoir mobiliser le peuple, contre son régime pour écourter son mandat. C’est pour cela que leurs activismes dans la presse et les réseaux sociaux laissent le peuple de marbre !

Ne pensez-vous pas qu’il y a lieu de rendre des comptes aux Sénégalais, de situer s’il y a lieu des culpabilités sur cette affaire, sans parti pris, comme le réclame une partie de l’opinion ?

Sur le financement du plan et sur ce qui a été fait, les comptes sont connus et rendus publics. Mais, même pour le Président Macky Sall, cela ne suffit pas. C’est pourquoi il avait demandé en Conseil des Ministres d’évaluer l’exécution du Pldi, pour le réactualiser dans les deux ans qui restent, en tenant compte des bouleversements déjà intervenus au pays en matière d’inondation.  

L’opposition s’offusque du fait que face au désastre causé par les inondations, le Chef de l’Etat ait préféré de se rendre à un sommet de CEDEAO, après un twitter plutôt que de se rendre au chevet des populations sinistrées. Que répondez-vous ?

En quoi, devrait-il suffoquer un patriote de notre pays, le fait que le Président de la République aille au Niger le matin pour revenir le soir, afin de participer à une réunion programmée auparavant par la CEDEAO, sur la crise au Mali et l’adoption de la monnaie commune ECO, qui sont stratégiques pour l’avenir de notre sous-région ? Comment peut-on opposer ce déplacement urgent, à une descente en banlieue auprès des sinistrés, alors qu’il a pris toutes les mesures d’urgence nécessaires avant son départ ? Le Président Macky Sall ne peut pas aller en banlieue pour juste constater les dégâts, et verser, comme nos adversaires l’ont fait, des « larmes de crocodiles » face à la souffrance des populations.   Il est de son devoir d’y aller pour constater l’effet des mesures d’urgence sur les inondations et les populations qu’il a déjà prises, en vue d’autres mesures si nécessaires, et non avant !

Mais pour les adeptes de la politique politicienne, tout est occasion pour chercher à mettre en mal, le Président Macky Sall et les populations ! Quel gâchis !

opposition
Ibrahima Sène du Parti de l’indépendance et du travail (PIT)

Autre sujet de l’actualité nationale, il s’agit du rapport sur les recommandations du dialogue national. L’on constate qu’il y a des désaccords entre la majorité et l’opposition sur le cumul de fonction de Chef de l’Etat et de parti ainsi que sur le statut de Chef de l’opposition.

Sur le cumul des fonctions de Président de la République et de Chef de Parti, il y a bien un désaccord entre majorité et opposition, mais pas sur le Statut du Chef de l’opposition sur lequel l’opposition a été incapable de s’entendre ! Le désaccord sur le statut de Chef de l’opposition est donc en son sein ! Sur ces deux points, les partis de la majorité ont raison de dire que dans un régime présidentiel, le Président de la République est toujours Chef de Parti, même d’il délègue cette fonction à un homme de confiance, comme le fit Abdou Diouf en 2016 ! De même, dans un tel régime, c’est le second à l’élection présidentielle qui est de facto, Chef de l’opposition, avec ou sans statut spécial ! Donc, tant que le régime présidentiel continue d’être en vigueur dans notre pays, les exigences de l’opposition et ses contradictions sur ces deux questions n’ont aucun fondement objectif !

 Il y a également la question sur la tenue des élections locales plusieurs fois reportée, mais que cette fois, l’opposition exige qu’elle se tienne comme retenue en mars 2021. Pensez-vous que ce soit une échéance favorable à la tenue de ces élections, d’autant qu’il faudra tenir compte de la réforme du fichier électoral ?

La tenue ou non des Locales en mars 2021 ne dépend ni de la majorité ni de l’Etat, mais d’un consensus entre majorité, opposition et société civile, dans le cadre du dialogue politique en cours !