Ibrahima Sène : « Défense de l’Islam confrérique contre l’extrémisme salafiste »

Défense de l’Islam confrérique contre l’extrémisme salafiste : Bien cerner la cible dans toutes ses manifestations !

L’attaque ignoble via les réseaux sociaux et à l’occasion de prêches (xutba) dans certaines mosquées, est une menace grave contre la convivialité de notre peuple, la paix civile et la stabilité de notre pays.

C’est pour cela, que cette lutte n’est pas seulement une lutte d’autodéfense d’organisations religieuses issues des confréries de notre pays, mais c’est aussi, une lutte qui interpelle tous les citoyens soucieux de préserver le précieux héritage qu’est l’Islam confrérique, qui a fait du Sénégal, un exemple mondialement respecté de coexistence pacifique entre les religions, garantie par un caractère laïc spécifique de son Etat.

Mais cette lutte aussi légitime qu’elle soit, ne devrait se mener que dans le cadre légal et règlementaire, sans jamais revêtir les habits odieux de vendetta populaire.

Cependant,  cette lutte,  pour être efficace, devrait,  être portée non seulement par  une contre propagande appropriée pour démystifier leurs discours,  mais aussi, elle devrait frapper sur le portefeuille de ces organisations et personnalités qui portent la violence verbale contre les confréries, qui peut déraper vers des violences physiques, voir des pogroms, qui souvent, dans les  pays  à majorité  musulmane en  Afrique de l’Ouest , se cachent derrière des luttes ethniques, comme le Centre du Mali en donne l’illustration la plus hideuse.

Dans ce cadre, c’est à travers la collecte de financement de solidarité humaine pour sortir de l’extrême pauvreté des millions de leurs concitoyens, que les fonds obtenus sont déviés de leur objet, pour en faire un instrument d’enrôlement massif des couches sociales vulnérables, à des fins confessionnelles.

C’est qu’ainsi qu’en France après la Seconde guerre mondiale, que le « Secours populaire » a été créé, pour contrer la propension de l’Eglise Catholique à instrumentaliser l’organisation de l’élan de solidarité nationale à des fins d’évangélisation massive des couches populaires.

Dans les pays à majorité musulmane d’Afrique de l’Ouest, la collecte de cette solidarité constitue la « Finance islamique » dont la Zakat est l’une des plus importantes composantes.

Au Mali, où l’Islam s’organise à partir des moquées, l’instrumentalisation de la Zakat par des organisations extrémistes salafistes, a permis d’enrôler massivement des jeunes dans le djihad islamiste, pour chercher à imposer au Mali un « Etat islamique basé sur la Charia »

Au Sénégal, où l’Islam s’est historiquement implanté et organisé autour de prestigieuses confréries, qui encadrent les jeunes dans leur formation religieuse et leur éducation, l’instrumentalisation de la Zakat à cette fin par des organisations et/ou personnalités extrémistes salafistes, est rendue difficile par leur existence, d’où la nécessité de faire sauter ce verrou qui protège la jeunesse de leurs visées.

D’où, toute la campagne faite d’outrance et d’irrespect envers les vénérables fondateurs de nos confréries et leurs enseignements, dans les réseaux sociaux et au niveau de certaines mosquées dans les prêches, qui a atteint un niveau, aujourd’hui, socialement explosif.

C’est pour cette raison que l’Etat Républicain et Laïc du Sénégal est interpellé au premier chef, pour mettre fin à ces dérives avant qu’il ne soit tard ! Leur victoire sur les confréries serait une porte ouverte à l’enrôlement massif de notre jeunesse dans le djihad islamiste.

S’opposer à leur agissement est devenu une œuvre de salut national qui interpelle tous les républicains et démocrates du Sénégal qui sont soucieux de préserver la paix civile, la cohésion et la convivialité de notre peuple, contre les menées de l’extrémisme salafiste dans notre pays !

Fait à Dakar le 21 Août 2019

Ibrahima Sène PIT/Sénégal