Ibrahima Sène du PIT met en garde l’Etat contre les…

Mise en place de la Haute Autorité du Waqf : Ne pas exposer le Sénégal au terrorisme Salafiste

L’Etat du Sénégal, à l’instar des pays musulmans comme l’Arabie Saoudite, qui ont centralisé les actions humanitaires menées par les organisations religieuses vu leur enjeu sécuritaire, a décidé, dans le contexte de menaces terroristes persistantes et grandissantes, de mettre en place une « Haute Autorité du Waqf », chargée de centraliser la collecte de la Zakat, sa gestion et sa distribution.

C’est une puissante « arme alimentaire » qui participe à la politique de lutte contre la pauvreté des couches sociales les plus vulnérables dans les pays musulmans.

Mais en confiant la gestion de cette « arme alimentaire » aux Salafistes, l’Etat du Sénégal expose le pays au danger d’un éventuel détournement des missions de la Zakat au profit d’une propagande visant les plus démunis et exploitant leurs vulnérabilités socioéconomiques, comme le fit en Algérie le « Front Islamique de Salut » (FIS), qui expulsé après une longue et sanglante guerre civile de ce pays, s’est transformé en ALQaida au Magreb et au Sahel.

Pourtant, toutes les recherches produites sur les causes de l’ampleur et de l’enracinement du terrorisme islamiste ont démontré l’exploitation à outrance, grâce au détournement de la Zakat, de la vulnérabilité des jeunes des pays Sahéliens qui sont exposés à la pauvreté et au chômage de masse.

Le gouvernement du Sénégal ne devrait donc, ne pas tenir compte de cette situation après le cri d’alarme lancé par « l’Association islamique pour servir le soufisme » (AIS) qui défend, face aux Salafistes, notre modèle d’Islam confrérique, dont ils visent la destruction pour mieux atteindre les masses musulmanes désemparées par l’ampleur des défis économiques, sociaux et environnementaux auxquels notre pays fait face.

En cette période de « Dialogue national », une large et inclusive concertation sur cette « Haute Autorité du Waqf » est devenue une nécessité vitale, entre l’Etat, les organisations religieuses, les organisations politiques, syndicales et de la société civile, pour éviter que le Sénégal ne creuse sa « propre tombe » en s’exposant si dangereusement au terrorisme islamiste.

Ibrahima SENE PIT/SENEGAL