Ultimate magazine theme for WordPress.

Revue de presse….Justice et politique à la UNE ce samedi

Un vendeur de journaux dans les rues Dakar
0

L’environnement, la justice et la politique dominent l’édition des quotidiens du samedi 09 avril 2022.

‘’Malicounda entre désolation et inquiétude’’, titre L’As pour parler de la centrale thermique qui sera implantée dans cette commune du département de Mbour (ouest).

‘’Le projet de construction de la centrale thermique de 120 mégawatts suscite de grosses inquiétudes pour les populations locales (…) Beaucoup de personnes ont été dépossédées de leurs terres (…) Elles s’offusquent de l’impact environnemental de ce projet’’, constate le journal.

Les habitants de la commune vivent ‘’sous la hantise des conséquences sanitaires et environnementales’’ de la future centrale, selon L’As.

Le Soleil s’est intéressé au Monument de la renaissance africaine et à son histoire, douze ans après la construction de cet édifice en cuivre de 52 mètres de hauteur représentant un homme aux muscles saillants, torse nu, portant sur son bras gauche un enfant, tout en enveloppant de l’autre une femme.

Birame Mbarou Diouf, son administrateur général, ‘’entend maintenant [donner] un sceau éminemment panafricain’’ au monument construit à Dakar à l’initiative de l’ex-président de la République, Abdoulaye Wade, et en faire un ‘’creuset de la diplomatie culturelle’’ sénégalaise.

WalfQuotidien est préoccupé par ‘’les non-dits’’ de l’affectation du magistrat qui avait la charge de juger l’opposant et maire de Dakar, Barthélémy Dias, poursuivi en justice pour la mort de Ndiaga Diouf, un jeune homme tué lors d’une manifestation en 2011.

Le magistrat ‘’aurait refusé de suivre les recommandations du parquet général [de la cour d’appel de Dakar] dans l’affaire jugée en appel, concernant Barthélémy Dias’’, écrit le journal.

‘’Son affectation, même si elle est une promotion pour lui, a les relents d’une sanction. En réalité, il a été sanctionné pour avoir refusé de coopérer avec le parquet qui souhaite une condamnation sévère contre le maire’’, écrit WalfQuotidien, citant une source s’exprimant sous le sceau de l’anonymat.

Selon le journal, le magistrat en question est désormais au service de la Cour suprême.

Le journal Les Echos annonce la ‘’confrontation’’, devant les enquêteurs, jeudi prochain, de la propriétaire du salon de massage ‘’Sweet Beauty’’ avec la jeune dame Adji Sarr, qui accuse de viol le député de l’opposition et maire de Ziguinchor (sud), Ousmane Sonko.

Lors d’une précédente audition, Ndèye Khady Ndiaye s’était exprimée à la décharge de M. Sonko, selon Les Echos.

‘’A l’origine, c’était une bonne chose’’

‘’Macky Sall prolonge les élections locales’’ par le ‘’débauchage des maires de l’opposition’’, selon Sud Quotidien en rubrique politique.

‘’L’officialisation du ralliement du maire réélu de Biscuiterie, sous la bannière de Wallu Sénégal, Djibril Wade, annoncée pour ce samedi 9 avril, remet au goût du jour la stratégie de (…) démantèlement des bases de l’opposition’’, écrit-il.

Sud Quotidien affirme en politique qu’‘’après avoir été battu dans plusieurs grandes localités, le chef de l’Etat a lancé une campagne de détournement du suffrage des électeurs, avec le débauchage des élus de l’opposition’’.

​Macky Sall a fait de même pour les maires de Diourbel (centre) et de la Médina (à Dakar) en les engageant dans la majorité présidentielle, après que ces derniers ont battu aux élections locales les candidats qu’il soutenait, rappelle le journal dans sa colonne politique.

‘’Rébellion à l’APR, scission au PS, guerre de succession à l’AFP’’, les partis leaders de Benno Bokk Yaakaar, la coalition au pouvoir (gouvernement et Assemblée nationale), note L’Observateur dans sa rubrique politique.

‘’Benno Bokk Yaakaar rendra-t-elle son dernier souffle avec les élections législatives ? La coalition présidentielle fait face à plusieurs remous politiques. Le président Macky Sall et ses alliés devront résoudre plusieurs équations’’, commente-t-il en politique.

Bés Bi Le Jour consacre un dossier au ‘’soukeurou koor’’, les cadeaux offerts par les femmes mariées aux belles-sœurs et aux belles-mères.

‘’Cette pratique, qui était à l’origine un simple acte de bienfaisance, est devenue (…) un lourd fardeau pour ces femmes qui rivalisent d’ardeur pour donner des mets succulents, des tissus de valeur, de grosses sommes d’argent’’, explique le journal.

‘’A l’origine, c’était une bonne chose. Maintenant, c’est du voyeurisme’’, affirme un prêcheur interrogé par Bés Bi Le Jour.

Source APS

laissez un commentaire