La France va remplacer L’ENA par une école de management

Le premier ministre Français, Edouard Philippe, annonce la création d’une école de management public pour remplacer l’ENA (École nationale d’administration)

Matignon va s’inspirer du rapport Thiriez pour construire la nouvelle ENA.

Le gouvernement a retenu cinq axes du rapport de Frédéric Thiriez sur la réforme de la haute fonction publique, dont le remplacement de l’ENA par une « école du management public », en vue d’une mise en œuvre en 2022, a annoncé Matignon mardi.

Parmi les « cinq axes de travail », l’exécutif souhaite développer un « plan de diversification sociale et géographique des recrutements » des hauts fonctionnaires, qui sera détaillé par les ministres Jean-Michel Blanquer, Frédérique Vidal et Olivier Dussopt « d’ici fin avril ».

Ce plan comprend la création de « classes égalité des chances sur l’ensemble du territoire » ou « l’intégration systématique d’un quota de boursiers dans l’ensemble des masters et classes préparatoires aux grandes écoles de la fonction publique », précise Matignon.

Faut-il supprimer l’ENA ?

Le gouvernement a également mis en exergue les propositions d’une « refonte des concours », d’un « tronc commun de formation » pour les sept écoles (administrateurs civils, magistrats, commissaires, pénitentiaire, santé publique etc.), avec la possibilité d’une « préparation militaire à réaliser en cours de scolarité ». « L’ENA sera remplacée par une école du management public, avec une vocation élargie », ajoute Matignon.

Une mise en œuvre en 2022

L’exécutif retient également « la fin de la titularisation et de l’avancement automatiques dans les grands corps », en mettant en avant la nécessité « d’un temps d’apprentissage dans le corps et de missions de terrain en administration active ».

Selon Matignon, « 2022 sera la première année de mise en œuvre » des pistes retenues. Les mesures législatives seront intégrées à la loi de transformation de la fonction publique présentée d’ici fin juin.

A Strasbourg, des élèves de l’ENA ont accueilli plutôt favorablement mardi le rapport Thiriez sur la refondation de l’école, même si certains regrettent l’abandon de son nom, véritable « marque de l’administration publique française ».

« C’est bien qu’on modifie la structure, le contenu de certains enseignements, je crois que c’est une réflexion saine », explique Charles, 25 ans, devant l’entrée de la prestigieuse école, installée dans une ancienne prison, à un jet de pierre du quartier touristique de la Petite France.

Jacob Ross, étudiant allemand de 28 ans en cycle international, est quant à lui frappé par la proposition de rebaptiser l’ENA en « Ecole d’Administration Publique » : « le changement de nom c’est peut-être le plus grand point parce que l’ENA, à l’étranger, c’est vraiment le nom qui porte la marque de l’administration publique française ». Le rapport propose toutefois de conserver la « marque ENA » à l’international, via une filiale ENA internationale (ENAi) qui proposerait des formations, précise le rapport.