Ultimate magazine theme for WordPress.

La Namibie refuse la paternité d’un homo à ses filles jumelles

0

Plusieurs manifestants sont descendus dans les rues de Namibie avant qu’une décision de justice ne soit rendue sur la question de savoir si un homosexuel peut rentrer chez lui depuis l’ Afrique du Sud avec ses filles jumelles, rapporte la BBC.

Le citoyen namibien Phillip Lühl est actuellement coincé en Afrique du Sud avec ses filles jumelles qui sont nées d’une mère porteuse le 13 mars. Le partenaire de Lühl, qui est mexicain, est à Windhoek, en Namibie, attendant son retour et celui de leurs jumelles.

Lühl a déclaré que le ministère de l’Intérieur de la Namibie avait cependant refusé de leur délivrer des papiers d’autorisation de voyage d’urgence. Il a depuis déposé une autre demande urgente auprès de la Haute Cour de Windhoek, demandant au tribunal d’ordonner au ministère namibien des Affaires intérieures « de délivrer les certificats de voyage d’urgence à ses filles ou lui permettre d’entrer en Namibie avec les deux bébés, » selon un rapport.

Un enfant né d’une mère porteuse, en vertu des lois sud-africaines, prend la citoyenneté de ses parents. Ainsi, Lühl et son mari d’origine mexicaine, Guillermo Delgado, sont inscrits comme parents des jumeaux sur leurs certificats de naissance sud-africains. Cependant, le ministère de l’Intérieur de la Namibie n’est pas disposé à reconnaître le mariage de Lühl et Delgado et refuse également de délivrer les documents de voyage dont Lühl a besoin pour retourner chez lui à Windhoek, une décision qu’il décrit comme «insensible» et «irrespectueuse».

Lühl, dans une déclaration sous serment, a déclaré que le ministère de l’Intérieur lui avait demandé de fournir une preuve génétique qu’il était le père biologique des enfants . Il pense que cette position a été prise en raison de son mariage homosexuel.

Les relations homosexuelles sont illégales en Namibie, cependant, les personnes impliquées ne sont pas poursuivies, selon la BBC.

Bien que certains pays africains acceptent lentement les mariages homosexuels, beaucoup sont encore très catégoriques dans leur dénonciation de l’idée. Certains en ont même fait un crime passible de la peine de mort – Mauritanie, Soudan, sud de la Somalie et nord du Nigeria.

De nombreux membres de la communauté LGBT de ces pays ont été contraints de cacher leur sexualité tandis que d’autres ont fui leurs foyers par peur d’être attaqués.

laissez un commentaire