Ultimate magazine theme for WordPress.

L’affectation-sanction du juge Téliko…l’analyse de Ndiaga Soumaré

Le juge Téliko (gros plan) et le docteur en droit, Ndiaga Soumaré (médaillon)
0

Affectation-sanction du juge TELIKO, ancien Président de l’UMS : Une mosaïque de problématiques

Et si on essayait de crever l’abcès.

Après tout Tambacounda fait partie du Sénégal, en fonctionnaire loyal, il importe de servir son pays là où le devoir t’appelle, la Cour d’appel de Tambacounda a bien besoin de l’expérience d’un éminent magistrat comme l’est incontestablement le juge TELIKO.

Et patati et patata, pour paraphraser la ligne éditoriale du politique, qui s’essaie au déguisement d’une sanction d’un fonctionnaire assez peu malléable et corvéable en une affectation conforme au rang et grade du concerné.

La victime, affectée par cette affectation-sanction, semble être prise au piège.

Manque de moyens de défense. Sur le plan légal, rien à signaler, le rang et le grade sont bien respectés, donc pas de prétexte pour appeler à la ‘’résistance’’ en refusant purement et simplement de rejoindre son nouveau poste.

Me rappelant avoir apposé mon véto catégorique à une affectation-sanction, comme Chef de bureau à la gare ferroviaire, alors même que le train avait boycotté les chemins de fer, je refusai de rejoindre un poste qualifié de  »frigo » dans le jargon sociétal.

Je ne pouvais, alors me résoudre d’attendre un fonctionnement, pour le moins hypothétique, à court terme, du TER. L’histoire me donna raison.

Au cœur des problématiques, il s’agira, surtout de transformer une affectation-sanction en opportunités politiques, administratives ou d’affaires.

Si les textes de lois n’offrent pas d’arguments juridiques pour contester de telles mesures, changeons-les. Cela permettra de mieux protéger les anciens présidents d’associations socioprofessionnelles. Ceux-ci devraient être honorés. Ainsi les anciens Présidents de L’UMS ou d’autres associations socioprofessionnelles, pour éviter que leurs postures durant leur mandat n’impactent négativement sur leur carrière, devraient bénéficier d’un certain égard voire d’un traitement spécial prévu par les textes.

D’ailleurs, généralement, les statuts régissant ces structures prévoient que les membres du bureau ne pourront être mutés hors du ressort territorial dans lequel ils exercent leur mandat.

Sous un autre angle, une telle sanction, stratégiquement infligée, sonne comme une épée de Damoclès brandie sur la tête de tout autre magistrat qui s’aventurerait à montrer des velléités d’indépendance.

Pour rappeler qu’à l’heure actuelle, la pertinence du combat pour l’indépendance de la justice trouve tout son sens dans l’urgence de réformer les textes du statut des magistrats leur ouvrant droit à une certaine liberté d’expression.

En d’autres termes, les rapports de force sont tels qu’aujourd’hui, tout combat personnalisé ne pourra produire que des lumières mitigées risquant de s’éteindre au fur et à mesure que le porte-étendard bat en retraite.

Ndiaga SOUMARE, Inspecteur des douanes, docteur en droit.

laissez un commentaire