Ultimate magazine theme for WordPress.

Ça c’est grave ! L’AIBD fait disparaître un village de Diass…

0

La construction du nouvel aéroport international Blaise Diagne (AIBD) est en train de remodeler l’équilibre économique de la région mais aussi la géographie de Diass qui est en train de voir des villages entiers disparaitre. La question foncière est aujourd’hui source de tous les conflits entre les populations de Diass, et les autorités depuis l’érection de l’aéroport. Pourtant, ce sont les populations qui devaient les premières profiter des retombées de l’implantation de l’aéroport international Blaise Diagne dans leur localité. Chance économique ou destruction du patrimoine naturel de plusieurs villages. Un village en particulier est en train de disparaître de la carte de la Région de Thiès.

Conflits fonciers en cascade : AIBD est-il un malheur pour les populations de Diass ?

La situation demeure très tendue au village de Sakirack situé dans la commune de Diass. Depuis les affrontements survenus mercredi 15 septembre, entre les éléments de la gendarmerie de Popenguine dépêchés sur les lieux et les populations de la localité, on s’observe désormais en chiens de faïence. Ces affrontements ont conduit à l’interpellation de 23 habitants dont l’imam de Sakirack.

Il faut dire que cette situation, ce ne sont pas seulement les populations de Sakirack qui la traversent. Dans l’ensemble de la commune de Diass, les populations subissent une expropriation de leurs terres. Ce qui fait réagir le maire de Diass, M. Saliou Diouf pour qui il est temps que cela cesse. On estime que 75% des terres de Diass ont été expropriés depuis que l’Aéroport international Blaise Diagne a été érigé.

« Les autorités ne cessent depuis l’avènement de l’aéroport, à exproprier les populations au profit de promoteurs. Ces terres sont arrachées, soit de force, des mains des populations exposées alors à la violente répression des éléments de la gendarmerie, si elles osent s’y opposer, ou alors, on amadoue les populations en leur faisant miroiter des indemnisations qu’elles ne recevront jamais », dénonce cet habitant de Diass.

« Selon le collectif pour la défense du foncier de Diass , 31 hectares étaient destinés à l’extension du village de Sakirack qui est coincé par l’aéroport Blaise Diagne et la Route nationale. Par conséquent, les populations avaient sollicité en 2007 du défunt maire Aliou Samba Ciss, une demande pour l’extension du village. Ce dernier avait même commencé à engager la procédure pour que les populations disposent de leurs permis d’occuper.

Mais, en 2008, le Président Abdoulaye Wade a déclassé cette forêt pour immatriculer les terres au nom de l’Apix. Le maire Cheikh Tidiane Diouf avait adressé un courrier à l’Apix pour qu’elle lui rétrocède les 31 hectares. Ce que l’Apix avait catégoriquement refusé. Pis, elle a donné 5 ha pour l’implantation d’une usine. Un geste qui a irrité la population qui, à son tour, s’est érigée en bouclier pour refuser le terrassement de ce site qu’elle considère comme étant sa propriété et qui devrait servir à l’extension du village » selon une enquête de nos confrères du quotidien.

Les populations se dressent contre l’expropriation de 31 ha de leurs terres cédées à un promoteur. Or, soutiennent-elles, ces terres devaient être destinées à l’extension de leur village. Très remontées, les populations alertent les autorités accusées de brader leurs terres. « Nous leur demandons d’arrêter les travaux de terrassement sur nos terres qu’elles ont expropriées. Nous sommes prêts à perdre nos vies s’il le faut, mais nous n’allons pas les laisser faire. Qu’elles se le tiennent pour dit. C’est ou nos terres, ou alors nos vies ».

Le président Macky Sall est interpelé. Modernisation « OUI » mais expropriation forcée des terres « NON »…Les Habitants de Sakirack méritent un recasement avec toutes les fgaranties possibles et non la prison comme ce fut le cas avec les 23 habitants de Diass qui viennent d’être relaxés par le juge du Tribunal de Grande instance de Mbour après quelques jours de détention préventive.

La rédaction de xibaaru

laissez un commentaire