Le « Coumba Am Ndèye » au Ministère de la Culture

COUMBA AM NDEYE

Le Problème se trouve au sein du Ministère de la Culture dont l’architecture n’est plus adaptée à la réalité du moment. Ces difficultés sont liées à l’absence de statistiques et la non existence d’une nomenclature précise des acteurs. Le concept même du département est à revisiter et les missions adaptées au contexte actuel. Est-ce une paresse intellectuelle des cadres du ministère de la culture ou un flou dans la mission. ?

Il s’avère que le ministère n’a pu remettre à jour l’agenda culturel National que nous avions laborieusement élaboré en 2005. Par ailleurs le Sénégal n’a pas de politique culturelle permettant, sur la base de l’état des lieux, une projection dans les 5 ou 10 prochaines années. L’agenda culturel sénégalais ne peut dépendre, uniquement, du budget du département et de quelques appuis de pays ou d’organismes amis (Fonds japonais, Fonds Suédois entre autres).

Il faut Une politique culturelle efficiente et inclusive; évitant ainsi aux cadres du Ministère de la Culture de s’enfermer entre eux et de continuer de commettre les mêmes erreurs.

Il faut revisiter et relancer le PNDC et d’autres axes de développement culturel. Je suis pour une culture de Développement à partir du Développement culturel et non de gérant du quotidien d’un ministère.

Il faut une vraie vision et une déconstruction/reconstruction du ministère de la culture en revisitant la mission des centres culturels régionaux.

 Les Centres d’Interprétation  doivent être élargis à l’ensemble du territoire et servir de points de collecte pour des musées régionaux ou de terroirs.

Le Fonds de soutien aux acteurs culturels impactés par la COVID a fini de prouver que beaucoup reste à faire. En somme, on a eu l’impression d’un antagonisme intra acteurs et d’une volonté de diviser et de privilégier certains.

Le tableau de répartition publié montre à suffisance qu’il n y a pas eu concertations et que des gens se sont retrouvés dans une salle climatisée, et ont décidé en fonction de leur gré.

Ce n’est pas juste. Cette précipitation n’agrée à aucun homme juste.

Comment un ministère qui se respecte peut-il constater et encourager la division au sein des comédiens, des artistes plasticiens et autres sans tenter une médiation ?

Je n’ai rien contre certains mais ceux qui ne le méritent pas auront les plus grosses parts.

Des dizaines de milliers d’acteurs sont là et le Ministère écoute juste une poignée de personnes comme s’il n’y avait qu’eux.

Dommage que nous ne puissions demander un audit ; mais, dans un court délai, es choses doivent être revues des têtes doivent tomber au ministère pour un renouveau culturel et la prise en compte de ce qui va relever le Pays demain. Les acteurs doivent prendre conscience  celà et faire leur travail en toute honnêteté

Je vais peut-être changer et virer communicateur traditionnel (c’est juste pour rire enfin).