Ultimate magazine theme for WordPress.

Revue de presse : le maintien du nombre de député à 165 à la UNE

Un vendeur de journaux dans les rues Dakar
0

Le maintien du nombre de députés à 165 et les remous dans le secteur de la santé sont les sujets en exergue dans la livraison des quotidiens reçus du samedi 16 avril 2022.

Le Soleil rapporte qu’à défaut d’un consensus pour passer à 172 députés, le nombre de sièges à l’Assemblée nationale est maintenu à 165. ’’Le nombre de députés ne sera plus augmenté. Pour cause, les députés de la majorité, considérant qu’il n’y a pas de consensus relatif à l’augmentation du nombre de sept sièges, ont fait un amendement pour le maintien du nombre initial, c’est-à-dire les 165’’, explique le quotidien.

L’Assemblée nationale a adopté, vendredi, un amendement qui maintient à 165 le nombre de députés à élire pour la prochaine législature (2022-2027), malgré la création d’un nouveau département en 2021 et la volonté du ministre de l’Intérieur d’y ajouter sept sièges.

En vertu du texte adopté par 94 votes favorables – 12 votes contre -, la législature qui sera élue le 31 juillet prochain sera constituée de 97 députés représentant les Sénégalais résidant dans le territoire national, de 15 autres, qui seront élus au scrutin majoritaire à un tour pour assurer la représentation des Sénégalais de l’extérieur, et de 53 autres députés encore à élire au scrutin proportionnel, sur la liste nationale.

L’amendement adopté réduit de sept le nombre de sièges à pourvoir sur la liste nationale et en rajoute autant au scrutin proportionnel.

Le texte a été proposé par le groupe majoritaire Benno Bokk Yaakaar (BBY) dans le but d’‘’éviter toute polémique’’, pour abroger et remplacer aussi les articles (148 et 150) du Code électoral qui prévoient une augmentation de sept députés sur les 165, l’effectif de la chambre parlementaire depuis 2017.

Dans l’exposé des motifs du projet de loi, le ministre de l’Intérieur a rappelé que de 2017 à 2022, la population sénégalaise a évolué, et un nouveau département a été créé, celui de Keur Massar.

Walfquotidien parle d’un ‘’revirement à 180°’’. ‘’Les députés de l’opposition ont fait capoter le projet de l’exécutif (….). En plénière, hier, ils n’ont pas donné de répit au ministre de l’Intérieur quant à +l’absence de consensus et la violation de la loi électorale+ à trois mois des élections législatives…Finalement, le projet est tombé à l’eau’’, écrit Walf.

Pour Sud Quotidien, ‘’la majorité rétropédale’’ sur le projet d’augmentation du nombre de députés. Le journal relève que ‘’l’Assemblée nationale (…) a vécu l’une des rares plénières où un projet de loi porté par la majorité parlementaire n’a pas été adopté (…)’’.

Dans son billet ’’Sucré-Salé’’, Le Quotidien parle de ‘’statu quo à l’Assemblée’’ et écrit : ‘’Il faut savoir mesurer les urgences. Evidement, la démocratie a un coût mais un député coûte cher au Sénégal. Payé grassement, véhiculé, un parlementaire a un coût, aux yeux de l’opinion, il ne sert pas à grand-chose’’.

’’Cette hausse des députés annoncée n’était pas populaire au sein de l’opinion. Inspirée, la majorité a enterré la mesure : c’est le statu quo pour la prochaine législature. 165 députés, c’est déjà assez pour une institution jugée budgétivore’’, ajoute le billettiste.

Selon Vox Populi, ’’pouvoir et opposition jouent à malin et malin et demi. C’est finalement, une réduction de 60 à 53 députés sur la liste nationale’’. Dans le journal, la député de la majorité, Adji Mergane Kanouté, déclare : ’’La position de l’opposition ne favorise pas les petits partis, dont beaucoup doivent leur représentation au système du plus fort reste’’.

Sur un autre sujet, le même journal rapporte que syndicats et organisations de la santé seront en grève générale le 21 avril pour ‘’le respect de la dignité des agents de santé’’.

’’La santé, un gouffre à milliards’’, selon le quotidien Bës Bi Le Jour, qui s’exclame ! ‘’Tout ça pour ça !’’

’’Le décès de la dame Astou Sokhna et la situation précaire de l’hôpital Le Dantec ont remis au goût du jour les limites du système sanitaire. En dépit des moyens consacrés au ministère de la Santé, le secteur continue de vivre des jours difficiles. Et il convient de s’interroger sur l’utilisation de ces fonds. Cette question a été soulevée par la députée Marième Soda Ndiaye, membre du +Collectif patients en danger+’’, rapporte le journal.

Selon la publication, ’’de 2012 et 2022, la Santé a reçu une injection de plus 1816 milliards de FCFA mais reste encore chancelante’’.

Source APS

laissez un commentaire