Ultimate magazine theme for WordPress.

Le mémorial de Gorée…un projet caduc à enterrer, selon

2

L’insipide poète Amadou Lamine Sall, coordinateur du Projet Mémorial de Gorée, à travers un communiqué signé le 4 septembre 2022, inonde des sites d’informations, des adresses électroniques et watshapp. 

Dans le communiqué, le poète frémit en annonçant: « L’entreprise turque SUMMA qui a été choisie par l’État du Sénégal pour réaliser le Mémorial de Gorée, au regard de son urgence pour une inauguration par le président Macky Sall en décembre 2023, vient d’informer l’architecte du projet du probable renoncement à construire ce Mémorial mythique, au vu d’une nouvelle redéfinition des projets de l’État. L’alerte est grave et stupéfiante ! ». Alors quelle décision pertinente de l’Etat du Sénégal, saluée par les professionnels du patrimoine et les citoyens honnêtes et avertis. Ce projet Mémorial de Gorée n’est d’aucune utilité vu l’éminent rôle que joue l’île de Gorée et la Maison des esclaves dans la mémoire collective et historique.

 Le projet Mémorial de Gorée, une idée de Senghor date de 1975. 

Prévu sur la corniche Ouest de Dakar, il est loin de sortir de terre. 45 ans de léthargie. Entretemps sur la même corniche dakaroise, la Place du Souvenir Africain  est fonctionnelle, le Monument de la Renaissance Africaine, inauguré en 2010, déroule son programme national, panafricain. De l’autre côté, le Musée des Civilisations Noires a ouvert ses portes le 1er décembre 2018. Le Musée d’art africain Théodore Monod est opérationnel avant les indépendances. L’île de Gorée classée Patrimoine mondial de l’humanité abrite la mythique Maison des esclaves. L’île-mémoire accueille des centaines de milliers de citoyens du monde par an. Dans ce périmètre réduit jonché d’infrastructures  mémorielles qui nous rappellent notre histoire, le Projet Mémorial de Gorée perd sa pertinence et devient caduc, donc à enterrer car. la mission du Projet  Mémorial de Gorée est pleinement assumée par l’île de Gorée, la Maison des esclaves, la Place du Souvenir Africain, le Monument de la Renaissance Africaine, le Musée des Civilisations Noires entre autres. 

Le poète Lamine Sall poursuit sa complainte : « Pour ma part, je n’ai plus de force pour me remettre au combat qui dure depuis près de 30 ans ! ». Votre combat est un combat d’arrière-garde pour un projet non inclusif et non pertinent. Le Président Sall a été bien conseillé dans ce cas de figure.

Vous affirmez : « Oui, il faut savoir s’arrêter quand le mauvais sort s’abat sur soi, comme un acharnement d’un destin rebelle et jaloux ». Le sort s’abat sur vous car vous avez mené une campagne de dénigrement et d’activismes pour s’opposer au grand port de Ndayane qui va employer 300.000 jeunes et donc l’un des plus grands ports de l’Afrique que vous avez essayé de priver à votre pays, le Sénégal parce que tout simplement vous refusez la compense de votre maison de dimanche à Toubab Dialao. Heureusement les ripostes des habitants, les assosiations de jeunes, de femmes, les collectivités locales de Yene, Toubab Dialao, Ndayane, Popenguine ne vous ont pas laissé faire. Comment un porteur d’un projet étatique (Mémorial de Gorée) peut s’opposer ouvertement à un projet étatique pertinent (Port de Ndayane) ? Il est temps de restaurer l’autorité de l’Etat face à des individualités contre l’intérêt général.

Cher Lamine vous faites remarquer : « On ne peut renoncer à une mémoire, celle de l’esclavage, portée par des millions et des millions de femmes et d’hommes, les diasporas de toutes les couleurs » . Non, la mémoire n’est pas renoncée, Gorée reste lieu de mémoire. Ces millions de femmes et d’hommes et les diasporas préfèrent se rendre à Gorée, l’île-mémoire que d’aller vers un autre espace même si le nom de Gorée y est collé. A la place du Mémorial de Gorée qui est enterré comme l’a révélé le poète en mal de production littéraire et poétique, les autorités étatiques devraient plutôt réaliser le Mémorial Aline Sitoye Diatta à Cabrousse, le Mémorial Ndatté Yalla, Dieumbeut  Mbodj dans le Walo.

Le manque de rigueur du poète secoué le pousse à insinuer: « nous avons appris, vrai ou faux, que son ministre des Finances, notre jeune frère Daouda Diallo toujours si prévenant, lui aurait demandé de renoncer au projet du Mémorial, au regard de la nouvelle donne politique et sociale du pays, aux lendemains des législatives ». La caractéristique d’un vrai homme de culture, c’est la rigueur intellectuelle dans le propos et la démarche. Et non dans les spéculations de bas étage. Le poète tari, Lamine Sall poursuit ses allégations  en écrivant dans le communiqué: « il s’y ajoute un élément non anodin: le projet conduit par les Chinois sur la corniche, à deux pas du Mémorial, dénommé le DAKARTOWER, a fait l’objet d’un rapport solide de l’architecte du Mémorial de Gorée, ce qui aurait soulevé la colère du groupe d’investisseurs chinois. En effet, l’architecte du Mémorial a démontré combien cette tour gigantesque et dantesque de dimension inhumaine ne devait pas se construire sur la corniche ouest. Moche, elle déborde de partout, dévore tout, obstrue tout, assèche tout, cache tout, détruit l’harmonie de la corniche et de la ville de Dakar ». Le peureux poète n’a pas décliné l’identité de l’architecte du Mémorial de Gorée qui a fait ce rapport au risque d’être démenti. La tour de Dakar loin d’être prête, l’architecte du Mémorial l’a qualifie de moche. Quel subjectivisme de mauvais aloi. Décidément, le poète Amadou Lamine Sall accuse tantôt le ministre des Finances, son jeune frère Abdoulaye Daouda Diallo, tantôt les Chinois, tantôt le Président Macky Sall, tantôt les Turcs. A quel Lamine se fier. De toute façon, pour l’intérêt du Sénégal, du monde noir, Gorée ne devait pas avoir une pale copie dénommée Mémorial de Gorée, conçu par l’architecte italien Ottavio Di Blasi pour un projet mémoriel de l’esclavage noir.  Et le poète fait appel à son ami Alioune Tine qui vient à son secours en divaguant : « Le talon d’Achille du président et des régimes libéraux, c’est la culture » avant de se contredire :« Wade lui au moins a réalisé le Grand Théâtre et le Musée des civilisations Noires. Macky ne doit pas abandonner le Memorial Gorée-Almadies. Goree-Almadies, c’est le lien entre nous et Césaire, Martin L. King » dit Alioune Tine. Non, le lien entre nous, Césaire, Martin Luther King c’est Gorée, la Maison des esclaves et non un projet. Vous manquez de culture. M Tine pour un professeur de français buissonnière , demande Alioune Tine. Et ce sont les libréaux Abdoulaye Wade qui ont défié les Plans d’ajustement structurel pour construire autant d’infrastructures culturelles et mis des fonds culturels conséquents : Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuelle ,Fopica, Fonds d’aide à l’édition, Fonds des cultures urbaines, Fonds des manifestations culturelles entre autres.

 La décision d’enterrer définitivement le projet du Mémorial de Gorée est salutaire, une bouffée d’oxygène, une mesure pertinente. Cependant, l’Etat doit renforcer le plan de sauvegarde et de valorisation de l’île de Gorée face à l’érosion côtière, ensuite réhabiliter les bâtiments historiques.

Dakar le 7 septembre 2022

Le Collectif des Amis du Patrimoine (CAP)

Afficher les commentaires (2)