Ultimate magazine theme for WordPress.

Les Karimistes demandent à Macky de ne pas trahir le Khalife

0
Malang FADERA, Coordonnateur National des élèves et étudiants du Mouvement Karim Président

Lettre ouverte au Président Macky Sall…Par Malang Fadera

Monsieur le Président de la République, ce 27 septembre 2019 marque une victoire de l’islam, du mouridisme mais aussi de la paix et de la démocratie lors de l’inauguration de la mosquée de Massalikul Jinaan.

Le Khalife Général des mourides Serigne Mouhamadou Mountakh Bachirou Mbacké a affiché toute sa joie de voir votre réconciliation avec votre père putatif, le Président Abdoulaye Wade.

En effet, vous avez un devoir historique et moral de ne pas décevoir le Khalife et tous les sénégalais qui ont célébré cette retrouvaille qu’ils pensent être bénéfique à la nation sénégalaise et qui contribuera nécessairement à l’apaisement du climat social et politique.

Nous vous invitons à faire preuve d’honnêteté et de sincérité en honorant monumentalement le Président Abdoulaye Wade qui a contribué significativement à votre carrière politique.

Il vous a fait un homme d’Etat et a favorisé la construction de votre image que les sénégalais ont plus tard sanctionné positivement lors d’une course à la présidentielle en 2012.

Il vous a nommé aux fonctions les plus élevées de la république.

_ Directeur général de la (PETROSEN) Société des Pétroles du Sénégal de décembre 2000 à juillet 2001.

_ Ministre des mines, de l’Energie et de l’Hydraulique de novembre 2002 à aout 2003.

_ Ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et des collectivités locales, porte-parole du gouvernement du mois d’août 2003 à avril 2004.

_ Vice-président du comité directeur du PDS en avril 2004.

_ Premier ministre, chef du gouvernement du 21 avril 2004 au 19 juin 2007.

_ Directeur de campagne du candidat Wade en 2007.

_ Président de l’Assemblée Nationale le 20 juin 2007.

Monsieur le Président, nous nous réjouissons et apprécions à sa juste valeur la grâce que vous avez accordée à Khalifa Ababacar Sall. Cet acte peut être une prémisse rassurante pour la suite que vous donnerez à votre engagement face au Ndiguel du Khalife. En attendant le recouvrement de ses droits civiques et politiques par une amnistie, nous vous invitons à faire face à tous les esprits sataniques qui commencent à perdre le sommeil depuis sa libération. Leur « Dioufourisme » actuel par cette retrouvaille avec votre père dépasse les observateurs animés de bonne foi.

Pourquoi toutes ces agitations médiatiques charbonnées de méchanceté ?

Ainsi ne peut-on pas apprendre de Charles Des Guerrois dans Les pensées de l’art et de la vie (1855) que « si l’on pouvait avoir un sens pour entendre l’âme du méchant comme les médecins entendent les mouvements du cœur ou de la poitrine, on assisterait comme à un concert de haines, de malédictions et d’atroces désirs ; on entendrait un bruit strident de traits qui partent et volent en tous sens, et brûlent de s’enfoncer en sifflant dans le premier cœur qu’ils rencontreront. Il ne s’agit pas pour le méchant de venger une injure réelle ou imaginaire, il s’agit d’exercer sa méchanceté comme le poète exerce son génie. Votre seul tort, à vous qu’il pique d’un de ses traits, c’est d’être à sa portée ».

Donc soyez fort et ne montrez aucune faiblesse devant ces esprits de Satan.

Monsieur le Président de la République, une belle occasion vient de se présenter pour tourner la page des contentieux avec votre ancien parti.                    Entre sénégalais, nous pouvons avoir des divergences idéologiques, doctrinales et politiques, mais ce qui nous lie est beaucoup plus fort que ce qui nous sépare.

C’est pourquoi, je pense qu’il est temps de traduire en acte la révision du procès de Karim Meissa Wade conformément à la conclusion du rapport du comité des droits de l’Homme des nations unies, car cela est plus qu’une demande nationale.

Et vous sortirais grand en multipliant votre capital sympathie.

Monsieur le Président de la République, vos ennemis jurés sont ceux-là qui vous entourent et qui vous incitent à des actes violents et à l’usage de la justice pour combattre des adversaires.

Et malheureusement, ils seront les premiers à se démarquer de toutes les responsabilités après votre départ du pouvoir. Ils n’hésiteront pas de rallier votre successeur sous plusieurs prétextes. C’est ce que j’ai appelé dans un article de presse, la transhumance assumée et la transhumance par raccourcis.

Aussi bien que de nombreux sénégalais ont versé des larmes d’émotion par cette poignée de mains, nous retrouvons chez certains opposants, journalistes, chroniqueurs et activistes des intentions méphistophéliques qu’aucun croyant ne doit se permettre. Le luciferisme ne trouve pas sa place dans ce pays de Cheikh Ahmadou Bamba, Mame El Hadji Malick Sy, Cheikh Bou Kounta Ndiassane, Mame Baye Niass, Cheikh Omar Foutouyou Tall, Cheikh Mouhamadou Salim Souané etc.

Si ces esprits démoniaques osent renier le Ndigueul du Khalife Serigne Mountakha Bassirou Mbacké, le Président Wade en bon talibé mouride n’image en aucune seconde de ne pas appliquer à la lettre les instructions de son guide spirituel.

Il faut être maudit pour traduire le « Ndiguel » du Khalife général en deal.

Monsieur le Président de le République, j’ose espérer en fin que vous ne trahirez pas la joie, le bonheur, le sourire, les efforts et le succès de médiation de Serigne Mountakha pour le plaisir des personnes malintentionnées.

Malang FADERA, Coordonnateur National des élèves et étudiants du Mouvement Karim Président

laissez un commentaire