Ligue 1 France : Pourquoi l’OM n’avance plus

Lesté par une série de matches nuls ces dernières semaines, l’OM n’a pas su rebondir à Amiens ce vendredi en ouverture de la 9e journée de L1. Pire, les Marseillais ont été battus en Picardie (3-1). Une première dans l’élite.

L’OM avait l’occasion de s’inviter (provisoirement) sur le podium de l’élite ce vendredi en cas de succès à Amiens en lever de rideau de la 9e journée de Ligue 1. Peine perdue puisque les Marseillais, qui restaient déjà sur une série improductive de trois matches nuls – sont tombés en Picardie, cueillis par des Amiénois joueurs et frondeurs.

Assurément, les absences conjuguées des Thauvin, Payet, Alvaro, Kamara et Strootman ce soir auront miné des Olympiens en mal cruel d’alternatives. André Villas-Boas avait décidé pour l’occasion de se passer des services du bouc-émissaire Amavi, au profit – ou au détriment – d’un Sakai aligné côté gauche et avec Sarr pour pendant dans le couloir droit. Seulement le bricolage a ses limites et les pensionnaires de la Licorne se sont chargés de le rappeler aux phocéens.

Benedetto en vain

Très vite, Aleesami a allumé la mèche en reprenant de volée un centre impeccable de Kakuta – pour une réalisation validée à la montre vibrante de M. Hamel malgré la parade de Mandanda (1-0, 11e). Un avantage prématuré pour les locaux que Benedetto, muet depuis le 15 septembre, s’est attelé à effacer d’une frappe bien sentie placée hors de portée de Gurtner (1-1, 23e). Le cinquième but de l’Argentin cette saison n’a toutefois pas suffi au bonheur des visiteurs ce soir…

Peu avant la pause, Caleta-Car en effet a eu la mauvaise idée de ceinturer Guirassy dans la surface – faute dont avait été victime Germain dans la zone de vérité opposée quelques minutes plus tôt, mais sans conséquence celle-ci. Résultat: un penalty sifflé en faveur de l’ASC, transformé par Guirassy (2-1, 41e), et un OM renvoyé dans les cordes et à ses doutes. Sans réelles capacités de réaction.

Les blessures et suspensions nous pèsent

André Villas-Boas

Après le repos, les Picards ont eu plusieurs opportunités de tuer le suspense face à des Marseillais tournés exclusivement vers l’attaque. Mais la baraka de Mandanda a longtemps maintenu l’OM à flot, jusqu’à ce coup de grâce porté par Mendoza dans le temps additionnel (3-1, 90e+1), au terme d’un contre tranchant. « Les blessures et suspensions nous pèsent, on n’arrive plus à prendre des points, soufflait à chaud André Villas-Boas sur l’antenne de Canal+ Sport. J’espère que la suite en octobre sera meilleure pour nous, face à des adversaires directs. » Passée la trêve internationale, l’OM aura rendez-vous avec Strasbourg, Paris, Lille et Lyon. On en saura plus des ambitions phocéennes dans un gros mois.