Ultimate magazine theme for WordPress.

Locales 2022 : Le Pr Kitane tire les enseignements du scrutin

Alassane KITANE professeur de philosophie à Thiès
0

Leçons d’une élection : le pari du changement et de l’audace…par Alassane Kitane

Les résultats de ces élections ne consacrent certes pas encore la fin du monstre, mais la neutralisation de ce-dernier a commencé. Pour tous ceux qui savent lire des résultats électoraux, ces élections expriment un nouvel élan pour notre démocratie. 

 Babacar Diop, l’homme qui a refusé de faire partie de l’entrisme d’Idrissa Seck vient d’être récompensé pour sa loyauté envers le peuple. Répétition : celui qui a refusé « d’accompagner » Idy dans son ralliement à Macky est élu. Quel symbole ! Les manœuvres politiques peuvent caser à des postes de façon éphémère, mais seul le peuple est l’employeur garanti. En élisant Babacar Diop, les Thiessois ont envoyé un message fort à tous les hommes politiques : la compromission est désormais bannie. Macky apprendra à ses dépens qu’on ne peut pas nommer tout le monde à des postes de sinécure : le pouvoir de nommer ne garantit pas la légitimité. Nommer X à un poste pour contrer Y dans le quartier, c’est oublier que X a de potentiels adversaires ou même des ennemis qui ne supportent pas sa promotion (on crée donc d’autres opposants). Seul le travail et l’excellence sont sûrs. Macky a tout essayé, il a même cherché à diviser des amis et des familles à Thiès, mais les citoyens sénégalais ne sont pas dupes, ils savent ce qu’ils font et nous ne devons jamais perdre espoir quant à la clairvoyance de ce peuple. 

Ahmed Aïdara qui gagne à Guédiawaye : c’est Aliou Sall qui a été sanctionné pour son implication dans les affaires du pétrole et l’omniprésence de la famille Faye-Sall. La dynamique générale de Yewwi a noyé tous les griefs qu’on pouvait faire au nouveau maire. La participation effective des leaders nationaux a donné à la campagne de la coalition Yewwi une autre dimension. La notion de sanction doit désormais être intégrée dans la science politique et dans l’analyse de la démocratie sénégalaise. Les Sénégalais avaient envie de sanctionner, et Ahmed Aïdara a été le fouet par lequel les populations ont bastonné Alioune Sall et son grand-frère. Il y a tellement d’ironie dans l’histoire humaine que nous cache malheureusement son caractère tragique !

Il faut comprendre la psychologie de l’électorat de Kaolack pour comprendre l’enjeu de la victoire de Serigne Mboup. Cette zone est la moins enthousiaste en matière de changement pour ceux qui ont jeté un coup d’œil dans le rétroviseur des résultats électoraux depuis 1993. Aucun opposant dans un système de parti ne pouvait faire ce que Serigne Mboup a fait : mais un promoteur économique avec des projets concrets, une communication simple, un support médiatique revendiqué comme un patrimoine, ne peut pas poser les pieds dans le vide. Il savait exactement le sens de chacun des actes qu’il a posés depuis cinq ans. Ce monsieur a bien travaillé, avec une rationalité relationnelle et entrepreneuriale que nous devons désormais intégrer dans nos réflexion.

 Khalifa Sall, à travers, Barthélémy a gagné Dakar parce qu’au-delà du désir de sanctionner Benno, les Dakarois voulaient réparer l’injustice et l’ignominie dont a fait preuve Macky Sall pour envoyer l’ex-maire de Dakar en prison. A la différence des autres coalitions, le leadership des principaux chefs de parti de Yewwi a permis de noyer toutes les frustrations nées des investitures. L’aura de Sonko dans son parti suffit à calmer le jeu, Khalifa a un appareil qui se noue autour de sa personne. Le PUR a un leadership presque transcendantal qui inhibe toute sorte de rébellion interne. Des investitures mal faites ne sont donc pas un alibi pour justifier une défaite électorale : le leadership du chef suffira toujours pour éteindre le feu des rancœurs et unir les diverses factions autour d’un idéal, serait-il celui de dégager un homme.

Quelles perspectives pour le pays ? Que faire pour que notre démocratie prenne un virage définitif ? Il faut travailler à préparer la pire fin à Macky Sall, non par vengeance, mais pour avertissement à ceux qui seront demain élus

Alassane K KITANE

laissez un commentaire