Ultimate magazine theme for WordPress.

Locales 2022 : un psychopathe se cache dans la coalition Benno Bokk Yakaar

0

La campagne électorale en vue des élections locales du 23 janvier 2022 a officiellement pris fin ce vendredi à minuit. Comme on le craignait, ladite campagne était teintée d’actes de violence. Des candidats et leurs accompagnateurs n’ont pas manqué l’occasion de faire parler d’eux au grand bénéfice de la presse qui s’en est donnée à cœur joie. Mais les opposants ne sont pas les seuls mauvais élèves dans ces dérapages. La coalition Benno Bokk Yakaar vient de démontrer qu’elle possède en son sein de vrais psychopathes qui n’hésiteraient pas à passer sur leurs adversaires pour gagner.

Pour prévenir tout acte de violence, le Cadre unitaire de l’islam au Sénégal (Cudis) avait initié la signature d’une charte de non-violence lors des locales 2022. Même si l’idée était salutaire, beaucoup d’opposants ont refusé de signer cette charte. Désormais on commence à comprendre la raison de leur réticence. Le pouvoir est le premier vecteur de la violence. Et le candidat de Benno Bokk Yakaar à Grand Dakar l’a démontré à la face du monde. Ces partisans et ceux de la coalition Yewwi Askan Wi en sont venus aux mains. Leurs affrontements se sont soldés par de nombreux blessés. Mais ce sont les bêtises dites par Jean Baptiste Diouf qui alimentent les débats à quelques heures des élections locales 2022.

2022
Le maire sortant de Grand Dakar candidat à sa succession aux locales 2022

Donnant sa version des faits avec les affrontements de ses partisans et ceux d’Aissatou Fall Mbacké, Jean Baptiste Diouf déclare : « parce que moi je serais devant pour les attaquer…pour les tuer. J’ai même retenu le chauffeur. J’avais voulu que le chauffeur fonce sur ces gens-là pour tuer quelqu’un », déclarait le maire sortant. Des propos indignes d’un élu. Le candidat à sa propre succession se fait lyncher depuis lors sur les réseaux sociaux.

Malgré la gravité de ces propos, aucun responsable de la mouvance présidentielle n’est sorti pour condamner des propos aussi graves. Dans un pays normal, le Procureur se serait autosaisi et Jean Baptiste Diouf aurait répondu de ses propos. Malheureusement rien de tel n’a été fait et le candidat vaque tranquillement à ses occupations en attendant qu’on vote pour lui. Mais il a bousillé ses chances au dernier moment. Les habitants de Grand Dakar savent désormais qui est réellement leur maire, un homme qui n’hésitera pas à les attaquer.

Cela démontre davantage que Macky Sall a un problème pour choisir les personnes qui l’entourent. Son gouvernement est gangrené par des ministres tellement nuls qu’ils peinent à faire avancer leurs départements respectifs. Des directeurs généraux qui sont le plus souvent cités dans des affaires de détournement. Et le voilà maintenant qui trimballe avec lui des maires psychopathes à la veille d’élections aussi stratégiques que les locales 2022. Désormais beaucoup de Sénégalais, en entendant les propos de Jean Baptiste Diouf, pourrait partager la même pensée que Ousmane Sonko, : « le pouvoir est le vecteur de la violence. »

Depuis les événements du mois de mars, le Président Macky Sall fait le tout pour redorer son image et celle de sa coalition. Mais à chaque fois qu’il est sur la bonne voie, des brebis galeuses piétinent tout son travail. Si au soir du 23 janvier 2022, Benno Bokk Yakaar perd les élections à Grand Dakar, Jean Baptiste Diouf en sera le principal responsable. Ce maire n’est pas mieux que les pyromanes de l’opposition qu’il combat. Le chef de l’Etat a intérêt à régler ce cas s’il ne veut pas que de tels idioties sortent encore de la bouche d’un de ses éléments.

Jean Baptiste Diouf avait des intentions meurtrières car il a proféré des menaces de mort à l’encontre de personnes en face de lui. Et comment veut-il se faire réélire à la tête de cette commune en « tuant » des personnes ? Des psychopathes, on en trouve partout…Et on en a vu mors de cette campagne pour les Locales 2022.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire