Ultimate magazine theme for WordPress.

Locales : Mimi Touré a peur…sa carrière politique en jeu

0

Les élections locales se préparent à pas de géant. Tous les partis politiques affûtent leurs armes en vue de ses joutes électorales. Ces élections représentent un véritable examen de passage. Raison pour laquelle la mouvance présidentielle et l’opposition ne lésinent pas sur les moyens. Les responsables politiques des deux bords sont en train de miner leurs bases respectives. Mais dans cette course, l’ancienne première ministre est la grande absente. Aminata Touré est dans le noir. Et s’il en est ainsi c’est parce Mimi Touré a peur.

2022 sera décisive pour plusieurs partis. Elle représente un passage avant la présidentielle de 2024. En effet, opposition et pouvoir doivent montrer ce qu’ils valent. Tout parti qui ne pèsera pas lourd sur l’échiquier politique perdra tout légitimité. Et par conséquent, il n’aura aucun droit de se présenter pour la présidentielle. Cela, les leaders politiques en sont bien conscients. Pour maximiser leurs chances, ils multiplient les manœuvres. C’est en ce sens que plusieurs coalitions ont vu le jour avec tous, le même objectif : avoir le maximum de représentants dans les communes et départements.

Mais Mimi Touré est la grande absente de ses sorties et déclarations politiques d’avant les locales. Et pourtant beaucoup de mouvements de soutien ne cessent de l’investir pour la mairie de son fief natal, Kaolack. Mais avec tous ces coups de pouce, Aminata Touré est dans le flou. L’ancienne première ministre n’a toujours pas encore décliné ses ambitions pour ces élections capitales, elle qui est pressenti dans la liste des dauphins de Macky Sall pour 2024.

Aminata Touré aurait-elle la phobie des élections ? Tout semble croire qu’elle redoute l’épreuve des locales. Et elle n’aurait pas tort de craindre pour 2022. En effet, en 2014 elle a été largement battue par Khalifa Sall et sa coalition « Taxawu Senegaal » à Grand Yoff. Cette défaite était un coup de tonnerre pour notre Mimi nationale. C’est cette défaite qui a été l’élément déclencheur de sa descente aux enfers. A la veille de ces élections, Macky Sall avait averti les membres de son gouvernement qu’il allait sanctionner toute personne qui aura perdu sa circonscription. Cheikh Bamba Dièye, ministre de la communication à l’époque avait même démissionné après sa défaite à Saint-Louis.

Mais Aminata Touré a payé un lourd tribut lors de ces élections. Le 4 juillet 2014 elle est limogée de son poste de premier ministre. Pour se sauver Mimi Touré avait migré à Kaolack. Mais le bassin arachidier est la base de responsables politiques, comme Mariama Sarr, qui pèsent lourd sur la balance.

La logique voudrait qu’un ancien premier ministre soit à l’avant pour conquérir la mairie de sa localité. Mais pour Aminata  Touréil sera difficile de passer devant la ministre de fonction publique ou Serigne Mboup. Et si elle enregistre une nouvelle défaite, elle sera finie politiquement.

Mais Mimi Touré est face à un sacré dilemme. Déserter n’est pas la meilleure des solutions pour un candidat qui a des ambitions présidentielles. Mais si elle est battue à Kaolack aux Locales, elle aura prouvé au monde entier qu’elle n’a plus ses aptitudes d’antan pour faire peur. Car une personne qui n’a pas gagné des élections locales ne peut prétendre à des élections présidentielles.

Aminata Touré est face à son destin. Ces locales représentent un examen qu’elle ne doit pas rater si elle veut continuer à garder sa place dans le landerneau politique. Le spectre de 2014 plane toujours sur sa tête. Alors elle doit batailler fort en 2022 pour faire taire les rumeurs. Sa survie politique en dépend

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire