Lutte contre le Coronavirus…Faire comme le Khalife, Youssou et Aliou Sow

Lutte contre le coronavirus : Les Sénégalais appelés à un élan de solidarité

Un élan de solidarité et de générosité, c’est ce qui est attendu de tous les sénégalais face à l’une des plus grandes menaces dont fait face l’humanité en ce moment, le coronavirus. Le danger est là, il convient de l’affronter. Toute aide de quelques bords qu’elle soit n’est de trop pour faire face au coronavirus. Aucun pays, même puissant, ne peut parvenir à lui seul, avec les ressources étatiques à combattre le danger.

Des experts chinois sont à l’heure actuelle en Italie pour aider ce pays à lutter contre le danger. Au Sénégal, pays pauvre, mais où existe une grande tradition de solidarité, le ton est donné. C’est le vénéré khalife général des mourides, Serigne Bassirou Mountakha Mbacké qui a ouvert la voie en faisant un don de 200 millions de FCFA à l’Etat du Sénégal pour lutter contre le coronavirus. Quel geste noble venant de ce grand homme de Dieu.

L’ancien ministre de la Jeunesse sous Me Abdoulaye Wade, Alioune Sow a décidé lui aussi tous les mois de verser 50 000 FCFA de ses indemnités de Haut conseiller des collectivités territoriales à l’Etat du Sénégal. Youssou Ndour se distingue lui aussi en contribuant à la lutte contre le coronavirus. Youssou Ndour ne se contente pas seulement d’instruire les responsables des supports médiatiques dont il est le propriétaire de se mettre au-devant de la lutte contre le coronavirus, il a offert un camion bourré de masques, d’antiseptiques, de gels et tant d’autres matériels médicaux à l’Etat.

Le Sénégal fait front face à un ennemi commun à qui il doit livrer un de ses plus grands combats. Un combat qui nécessite de très gros moyens matériels et financiers. Le Khalife général des mourides, Alioune Sow, Youssou Ndour ont déjà tracé la voie. C’est dire qu’aujourd’hui, ce sont les Sénégalais de tous les bords qu’ils se trouvent, qui se doivent de mettre la main à la poche. A commencer par tous les responsables d’institutions, les ministres, députés, haut-fonctionnaires.

Que les gros comploteurs de la République n’essayent en ces moments cruciaux de divertir la nation pour éviter eux aussi de mettre la main à la poche !

La rédaction de Xibaaru