Macky risque d’emprunter la route de la honte lors de la journée de l’élevage!

Le village de Kael (Mbacké) va abriter la 6ème édition de la Journée nationale de l’Elevage. Ce sera le jeudi 28 novembre prochain sous la présidence effective du chef de l’Etat Macky Sall. Un Président qui risque, malheureusement, d’emprunter une route totalement dégradée et quasi impraticable pour se rendre dans le village devant accueillir cette fête annuelle des éleveurs. Car, à moins que le ministre des Infrastructures routières et celui de l’Elevage multiplient les acrobaties techniques et politiques pour bricoler le tronçon de la honte menant vers Kael, on voit mal le président Macky Sall se casser les reins en empruntant ce tronçon de tous les supplices !

Ainsi, après Fatick, Matam, Koungheul, Kolda et Ndioum, le département de Mbacké (Kael) va organiser la 6eme journée de l’Elevage. Elle aura lieu le jeudi 28 novembre prochain sous la présidence effective du président de la République Macky Sall. La journée dédiée chaque année aux éleveurs, producteurs et fermiers a pour but de soutenir et de moderniser l’Elevage tout en préservant les valeurs traditionnelles du pastoralisme. Seulement, la seule route menant vers Kael est totalement dégradée et quasi-impraticable.

D’ailleurs, certains se demandent comment le chef de l’Etat va-t-il pouvoir braver cette route de la honte pour pouvoir présider cette journée qui lui tient tant à cœur. A moins que le ministre des Infrastructures routières et des transports terrestres — mais aussi du Désenclavement ! — Me Oumar Youm et celui de l’Elevage, Samba Ndiobène Ka, se démènent comme de beaux diables pour colmater les innombrables nids-de-poule de la cauchemardesque route de Kael.

Dans tous les cas, le spectre de Nguéniène hante Kael. On se souvient en effet que, lors des funérailles d’Ousmane Tanor Dieng, la limousine présidentielle avait pris feu après avoir heurté de plein fouet un dos-d’âne peu règlementaire à l’entrée du village du défunt premier secrétaire du Parti socialiste. Selon un responsable politique de Mbacké, le tronçon de 3 km menant vers Kael et partant du croisement de la route départementale axe Mbacké – Kaffrine est pire que la route de Nguéniène. « Depuis plus de cinquante ans, ce tronçon n’a jamais été entretenu et s’est détérioré considérablement. Et les populations qui vont à Kael ou traversent la ville pour accéder aux autres villages sont obligées d’emprunter les pistes rurales sablonneuses avec beaucoup de difficultés, tellement la route goudronnée est en piteux état, impraticable et garnie de nids de poules sur toute sa longueur. Et c’est cette route de la honte que le président Macky Sall doit emprunter pour venir à Kael. S’il y va, il aura le corps en compote à son retour » se désole cet interlocuteur originaire de la zone.

L’humanité avant, l’Elevage après !

On imagine dans ces conditions que la circulation des biens et des personnes voire les évacuations sanitaires à Kael sont très difficiles. Dans ces conditions, il est permis de se demander comment les populations de cette contrée peuvent-elles se réjouir d’une fête de l’Elevage là où les humains souffrent. Plus regrettable, malgré les multiples complaintes et promesses, la route de la frustration n’est toujours pas réfectionnée. Selon un notable de Kael, l’ancien président de l’Assemblée nationale déchu en 2009, un certain…Macky Sall, lors de ses tournées dans le cadre de la coalition Dekkal-Ngor qui le soutenait, avait été chaleureusement accueilli à Kael.

L’accueil avait été tellement chaleureux que Macky Sall n’avait pas pu s’empêcher de dénoncer ce mauvais état de la route. Il avait promis, une fois au pouvoir, de la faire réfectionner. Mais, c’est bien connu, les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient ! « Jusque la, cette promesse tarde à être tenue et les populations en souffrent. Si politiquement, le président Macky Sall a toujours gagné les élections dans la localité, la satisfaction des promesses ne suit pas le rythme des soutiens dont il bénéficie dans la contrée » se désole un habitant de Kael où se tiendra la prochaine journée de l’Elevage. Situé dans le département de Mbacké, Kael est un grand arrondissement polarisant huit communautés rurales (Darou Salam Typ, Taïba Thiékéne, Ndioumane, Darou Nahim, Madina, Touba Mboul, Dendey Gouy Gui). C’est une ville chargée d’histoire qui fut un grand centre de commerce, de traite arachidière, habitée par des familles séculaires. Une ville, ancien canton, qui a abrité de grands traitants de l’époque coloniale à savoir les libano-syriens et les maures qui y exercèrent un commerce prospère.

Rappelons-le, Serigne Bassirou Mbacké Ibn Khadimou Rassoul, père de l’actuel Khalife général des mourides Serigne Mountakha Mbacké, habitait Kael où il a grandi. Peuplé en majorité de Peuls et profondément ancrée dans l’élevage, la ville de Kael manque malheureusement de tout. La seule route bitumée qui dessert la ville et sert de porte d’entrée et de sortie, a été construite en 1965. « Dommage que la Journée de l’Elevage ne serve que d’installer des tribunes, des stands d’exposition, embellir les lieux d’échanges, faire de beaux discours tendant à amadouer l’assistance. C’est tout, et le tour est joué ! » déplore notre habitant de Kael.

En tout cas, « Le Témoin » reste convaincu que les populations de Kael ne seront pas ravies d’abriter cette Journée de l’Elevage synonyme de provocation et de tapage. Sauf si, bien sûr, entretemps, c’est-à-dire d’ici le 28 de ce mois, leurs trois kilomètres de route bitumée sont réhabilitées !

Le Témoin