Ultimate magazine theme for WordPress.

Mamadou Diallo : « Des assises sur la santé doivent être tenues »

0

Sénégal, nos préoccupations : enjeux et perspectives (par Mamadou DIALLO)

A l’heure où on est dans un monde de sauve qui peut seuls les présidents visionnaires pourront gagner la bataille sécuritaire de leur pays et leur indépendance alimentaire. Un pays où les politiciens mènent une campagne électorale permanente suivis en cela par un président qui oublie les priorités par lesquelles il a été élu.

Dès sa nomination monsieur le ministre de l’intérieur avait donné le déclic avec l’inauguration tout azimut des commissariats de proximité suivi par de bons résultats relayés par la presse nationale. Les agressions commençaient à régresser sur le territoire national de même le trafic de la drogue. Tôt vous aviez crié victoire prématurée qui a permis aux bandits de se réorganiser et reprendre le terrain perdu pour y dicter leur loi Les forces de l’ordre piquées dans leur fort intérieure étalent un professionnalisme inouïe en enchainant des arrestations jumelées de destructions massives de réseaux de trafiquants de drogue Avec cette détermination dans quelques mois le Sénégal vivra en sécurité totale avec zéro agression

Je ne cesserai de vous le rappeler Monsieur le président aucun homme politique ne connait mieux le pays que vous .En 2012 un programme alléchant prenant en compte nos réalités socio-économico-culturelles nous avait été présenté donnant espoir à un nouveau Sénégal .Mais en dix ans de pouvoir l’espoir (yakar ) porté en vous est devenu une désillusion (tas-yakar )

-Nos valeurs se dégradent de jour en jour sans solution

-L’éducation : ce nœud de développement d’un pays aspirant à l’émergence est devenue le maillon faible du systéme avec des grèves récurrentes prenant en otage nos enfants,. Le gouvernement doit cesser son jeu et appliquer les accords signés Vous enseignants ayez la conscience professionnelle et concentrez-vous sur nos enfants en laissant l’enseignement privé recruter les nouveaux diplômés

Pour demander son droit il faut d’abord accomplir son devoir

-La santé : nos hôpitaux sont devenus des mouratoires. Des assises sur la santé doivent être tenues pour ausculter tous les maux

Président, est ce que vous connaissez réellement nos préoccupations .Le Sénégal ne se limite pas seulement à Dakar D’accord le visage du pays a changé avec beaucoup d’infrastructures mais la faim et le chômage érodent notre quotidien.

Une politique sectorielle inclusive doit être le levier de notre indépendance alimentaire fondée sur la réorganisation de l’agriculture, de l’élevage et de la pèche Pour y arriver les barrages du libéralisme à outrance doivent être bannis du lanterneau économico politique du pays.

Le Sénégal devient la première puissance mondiale en slogans et séminaire sous votre magistère. A vous d’effacer cette gifle attribuée à notre pays dans le concert des nations

-Le président Mamadou Dia par sa vision et son patriotisme avait initié un modèle de développement qui s’il était appliqué le Sénégal serait un pays souverain exportateur agricole.

Chaque culture était organisée en filières exemple

-Les filières : arachide, riz, tomate coton et maïs. Il y’ avait un maillage du pays avec des sociétés d’encadrement et de développement de l’agriculture pilotées par des ingénieurs et techniciens sénégalais parmi elles on peut citer la SAED, la SODEFITEX LA SODAGRIE etc.

-Président redonne nous espoir. Vous avez bâti un stade de cent cinquante milliards en un temps record si vous fournissez les mêmes efforts consentis sur les infrastructures, bientôt les sénégalais ne tireront plus le diable par la queue

-Président un peu d’humanisme pour se lancer dans nos priorités un ventre vide ne peut pas apprécier ni vulgariser les infrastructures bâties pour leur donner l’importance voulue

-Président ne vous a-t-on pas rapporté que le sénégalais ne connait plus les trois repas journaliers le socle de notre identité alimentaire ?

-Président combien de terres, et de cotes maritimes disposent le Sénégal dont les jeunes sont prêts pour y retourner et créer leurs emplois .Le seul frein c’est la commercialisation de leurs productions après récoltes dont la solution est entre vos mains

Qui ne se souvient pas de la Sotiba, des usines de chocolat, de vinaigre de savon etc. tous made in Sénégal

-N’est –il pas le moment de penser avec vos techniciens à trouver une autre formule pour la création de la caisse de péréquation et de stabilisation des prix pour une main mise sur notre économie semences et engrais.

Mamadou DIALLO POULO DIERRY

 

 

 

 

 

 

laissez un commentaire