Microsoft traque les prédateurs sexuels sur les messageries en ligne

 

Le géant de l’informatique a conçu un logiciel capable d’identifier les prédateurs sexuels sur la base de quelques échanges seulement

Microsoft a présenté cette année au salon des nouvelles technologies de Las Vegas une innovation qui pourrait sauver des vies. Son logiciel, baptisé Artemis, se révèle non seulement très efficace mais est également totalement gratuit à implanter.

L’extension pourra être installée très facilement par les développeurs d’applications qui souhaitent s’impliquer dans la lutte contre les prédateurs sexuels et pédocriminels. Le logiciel scanne chaque conversation et lui attribue une note de dangerosité. Lorsque la conversation est identifiée comme potentiellement dangereuse, le système alerte de lui-même les autorités, qui n’ont plus qu’à analyser les données récoltées pour trancher. Le tout se fait, bien sûr, sans demander l’aval des utilisateurs.

Avant tout passage à l’acte

Dans la pratique, Artemis pourrait permettre d’identifier un pédophile avant même qu’il ne passe à l’acte sur Messenger, WhatsApp, Instagram, TikTok ou même Snapchat. Deux ou trois échanges seraient suffisants pour prendre le ton.

Pour concevoir son logiciel, Microsoft a travaillé main dans la main avec le National Center for Missing & Exploited Children (NCMEC), spécialisé dans la lutte contre la pédophilie.

Pour l’instant, Artemis n’a été implanté que sur le Xbox Live. Microsoft entend toutefois proposer sa solution gratuitement à d’autres géants du tech et l’implanter prochainement sur Skype.