Ndélé : La MINUSCA condamne énergiquement le meurtre d’un de ses employés

La MINUSCA condamne énergiquement le meurtre d’un de ses employés dans la ville de Ndélé, préfecture de la Bamingui-Bangoran (centre-nord de la République centrafricaine). Le corps sans vie, criblé de balles, du fonctionnaire a été retrouvé tôt samedi dans la brousse par la population. Les circonstances de sa mort ne sont pas encore connues.
« Cet assassinat révoltant ne restera pas impuni. Le ou les responsables seront recherchés et poursuivis devant les juridictions compétentes. S’attaquer au personnel des Nations Unies en fonction est un acte inacceptable et une enquête a aussitôt été ouverte pour déterminer les circonstances de cet assassinat », a indiqué le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en RCA, Mankeur Ndiaye.
Par ailleurs, la MINUSCA condamne tout aussi fermement l’utilisation de civils comme boucliers humains dans la ville de Ndélé par des combattants du Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) afin d’empêcher la projection des casques bleus dans toute la ville.
La MINUSCA a repris samedi matin les patrouilles à Ndélé, après les incidents des derniers jours, à l’exception de certains axes qui sont toujours bloqués par des éléments armés qui se servent de civils et d’objets divers pour empêcher la présence des casques bleus. La MINUSCA appelle la direction du FPRC à s’assurer que ses combattants mettent fin immédiatement à cette pratique et cessent de constituer un obstacle aux patrouilles dans les zones concernées. La levée des barricades permettra également l’achèvement sans entrave de l’aide humanitaire.
La MINUSCA rappelle que la Convention de Genève interdit formellement l’utilisation de civils comme boucliers humains, notamment empêcher une action militaire. Cet acte constitue un crime de guerre relevant du statut de la Cour pénale internationale (CPI).