Ultimate magazine theme for WordPress.

Nicolas Bassene : « la politique sénégalaise a perdu de sa noblesse »

0

Depuis fort longtemps, au Sénégal, les populations élisent des représentants à la tête de leurs territoires pour assurer l’émergence. Ces derniers, une fois installés brillent par leurs incapacités à dissocier l’intérêt personnel de l’intérêt général. Cette situation de décrépitude politicienne se fait sentir partout dans la gouvernance locale. La gouvernance locale, base de tout développement constitue l’hécatombe dans la gestion des affaires courantes de la cité entrainant des dérives majeures surtout dans le respect des lois, de la transparence financière etc. Cette catastrophe est, en réalité, la photo très actuelle qui couvre des images anciennes, mais identiquement dévastatrices permettant aux sans-culottes politiciens de s’embourgeoiser économiquement et socialement dézinguant ainsi l’émergence territoriale

En effet, la politique était un sacerdoce, y entraient- avec conviction et détermination-des personnes chevronnées, aguerries, rompues à la tâche et à fort potentiel à faire bouger les choses. Réinvestir leur savoir-faire, leur expérience et leur expertise était une fierté pour s’engager à servir sa localité et  sa communauté. Eu égard à ces considérations précitées, la probité morale et l’honnêteté intellectuelle étaient de mise. Par voie de fait, nous comprenons aisément pourquoi tous ne pouvaient pas être politiciens à l’époque.  Les critères étaient très sélectifs, fixés et vissés sur un piédestal de granit solide. Par conséquent, la sélection était naturellement faite. La politique était la terre de performances intellectuelles et de surpassement civique comme l’ont été Lamine Gueye, Léopold Sédar Senghor, Mamadou Dia et Ibrahima Sarr…  

 Actuellement la politique a perdu de sa noblesse pour revêtir les habits d’une sinécure. Elle est désormais un ascenseur social, une voie à vitesse effarante et aux raccourcis saisissants de réussite personnelle. S’ouvre ainsi le boulevard de la médiocrité avec des politiciens fourre-tout qui n’ont, pour exister, d’armes l’insulte, la manipulation, la violence etc. Cela se traduit aisément sur le terrain par les multiples frasques occasionnées par des élus locaux, bref par des politiciens tout court. Car pour eux la compétition politique c’est la terreur, le bain de sang, l’arrogance, l’insouciance, le mensonge et la ruse. Ces éléments significatifs constituent le meilleur baromètre de la décadence politique du Sénégal. L’indéracinable propension immodérée pour les magouilles et le déferlement incessant vers la facilité révèlent un nouveau type de politicien. Visiblement, les temps ont changé de fond en comble. L’heure est à l’inquiétude et obstrue totalement l’étroite bretelle conduisant vers l’émergence.

L’émergence-devenue slogan vide et politicien au Sénégal-est l’aboutissement d’un processus qui requiert avoir une équipe de personnes investie de l’autorité ou de la responsabilité sur une chose à valeur collective. Pour un développement réel des collectivités territoriales dans notre pays, il n’y a pas de secret il faut une ressource humaine aguerrie à la tâche. Il faut également du travail. Le travail est un feu vivant qui façonne le développement dans chaque localité. C’est pourquoi les dirigeants doivent travailler sur les façons de dynamiser l’efficacité économique par des projets rentables aux populations. Il faut des dirigeants qui mettent le travail au cœur de leur préoccupation. Travailler, transformer toute chose en détruisant d’abord ce qui est là sous la main comme une donnée inerte, produire sans cesse en innovant. Travailler veut dire alors travail collectif et travail collectif veut dire usage des forces humaines et de la nature selon deux formes d’intelligence : l’intelligence technique commune contrôlant le processus entier de production et l’intelligence artiste de chacun multipliant les inventions. 

En somme, quel choix, quel type de profil le peuple au niveau local doit-il promouvoir pour leur développement territorial ? Ces élections du 23 janvier 2022 seront-elles celles du choix orienté compétences ou le remake des fourre-tout ? La politique dévoyée dézingue l’émergence des collectivités territoriales et du Sénégal.

 

Nicolas Silandibithe BASSENE

Coordinateur mouvement Citoyen 

Agir Maintenant pour une Emergence Nouvelle (AMEN)

laissez un commentaire