Ultimate magazine theme for WordPress.

Ousmane Sonko un « futur président » en éternel sursis

0

Les rideaux sont tombés sur les élections locales du 23 janvier 2022. Ces joutes électorales ont permis à beaucoup de leaders politiques de s’affirmer. C’est le cas sans doute de celui d’Ousmane Sonko, leader du Parti des Patriotes pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (Pastef). Ce scrutin a démontré que la zone sud demeure le bastion de ce lui qui est considéré aujourd’hui comme le chef de l’opposition. Mais Ousmane Sonko ne devrait pas trop dormir sur ses lauriers. Lui qui ne rêve que de détrôner Macky Sall s’est mis dans une situation qui le désavantage pour la présidence.

Son nom n’est pas étranger dans le landerneau politique. En moins de dix (10) ans, le patron de Pastef a réussi à laisser ses empreintes. Pour y arriver, il n’est pas passé par quatre chemins. Il a utilisé ses armes favorites, les jeunes et la violence. Il fait partie des rares politiciens qui ont réussi à adhérer la jeunesse dans son idéologie. La majorité de cette frange de la population le prend pour un messie. Et pour montrer son emprise sur la jeunesse, il n’hésite pas à les utiliser dans ses combats les plus sordides.

Ayant marqué son temps, il est considéré comme le seul qui s’oppose réellement à Macky Sall et à son régime. La traîtrise de Idrissa Seck a fait de Sonko l’actuel chef de l’opposition. Désormais, l’homme qui a conquis Ziguinchor se voit déjà dans les atours du cinquième président de la République du Sénégal. Mais en attendant, il lui reste deux défis à relever pour prétendre à cette place. Et si le Patriote en chef venait à rater un de ces défis, il lui sera impossible ou alors très difficile de succéder à son rival.

Le viol qui étrangle Ousmane Sonko

Le 2 février 2021, une jeune femme, avait déposé plainte pour « viols et menaces de mort » devant le commandant de la brigade de recherches de la gendarmerie de Colobane. Adji Sarr, jeune masseuse et présumée victime visait dans sa ligne de mire, le fondateur du parti Pastef, Ousmane Sonko. Mais ce n’est que le 5 février de la même année que l’affaire éclate au grand jour et fait la Une des journaux. Les sénégalais venait ainsi de découvrir un autre visage d’un antisystème qui incarnait la pureté. D’ailleurs le patriote en chef avait rejeté ses accusations. « Je n’ai rien à voir avec ces mensonges crapuleux », se défendait-il.

Convoqué au mois de mars 2021, Sonko sera placé en garde à vue pour troubles à l’ordre public. Ce qui s’en est suivi tout le monde le sait. Quatorze (14) jeunes ont perdu la vie dans les violentes manifestations nées de cette arrestation. Un an après, ce dossier est toujours au point mort au moment où tout le monde attend le procès. Mais une condamnation sera fatale pour Ousmane Sonko. Le viol étant criminalisé au Sénégal, il risque dix ans de prison et ce sera la fin de son avènement. Pire la mairie de Ziguinchor passera, de facto, sous délégation spéciale. Mais en attendant d’être fixé sur son sort, il devra convaincre les sénégalais sur son mode de gestion.

Bien gérer la mairie de Ziguinchor ou rater le Palais

Le scrutin du 23 janvier 2022 a permis à Ousmane Sonko d’être à la tête de la mairie de Ziguinchor. Maintenant il est seul maître à bord. Avec tous les yeux qui sont rivés sur lui, le leader de Pastef doit non seulement faire en sorte d’avoir une gestion impeccable. Mais le présumé bourreau d’Adji Sarr doit matérialiser le programme « Burok » qu’il a vendu aux Casamançais. Sa municipalité doit être un exemple. Si des détournements et mauvaises gestions y sont notés, il sera pareil que les personnes qu’il combat. Et cela aura des incidences sur sa réélection à la présidentielle de 2024.

Être président est le plus grand rêve de Ousmane Sonko. Mais ses désirs l’ont mis dans cette situation où il risque de manquer son avenir. Les combats devant lui seront compliqués que ceux qu’il a déjà mené. Reste à savoir comment il compte gérer les problèmes devant lui.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire