Paludisme : comment se protéger contre les piqûres de moustiques ?

Le paludisme est une maladie transmise par l’anophèle femelle, qui pique de préférence à partir de 17 heures et jusqu’au lever du soleil. Cette maladie est très fréquente en période hivernale à cause des eaux stagnantes. Suivre se quelques règles permettraient d’éviter les piqures de ces moustiques.
– Portez des vêtements longs au niveau des bras et des jambes
– Badigeonnez les zones de peau découvertes avec des produits répulsifs, très efficaces, que vous trouverez, entre autres, en pharmacie. Leur durée d’efficacité varie de 2 à 12 heures. Vous constaterez rapidement que l’odeur de ces produits incite l’insecte à faire demi-tour. N’hésitez pas à en mettre également sur vos vêtements, sur les meubles, sur les rideaux, sur la tente. Pensez aussi aux insecticides.
– La couleur des vêtements importe également. Portez des vêtements clairs qui attirent moins les moustiques que les vêtements sombres.
– Pour dormir, ne faites pas l’économie d’une moustiquaire, bordée sous le matelas : c’est la mesure prophylactique la plus efficace contre la paludisme. Vérifiez qu’elle n’est pas trouée, et imprégnez-la d’insecticide.
Les médicaments antipaludéens
Si vous restez peu de temps dans le pays (moins de trois mois), certains médicaments antipaludéens pris à titre préventif peuvent éviter le développement de la maladie. Renseignez-vous bien avant de partir. Les médicaments à prendre sont différents selon le lieu de votre séjour. S’il existe peu de contre-indications pour les femmes enceintes ou les enfants, il est conseillé à ces deux catégories de personnes particulièrement fragiles d’éviter de se rendre dans une zone où existe le paludisme.
Commencez à prendre ces médicaments avant votre départ, afin de vous assurer de leur tolérance et de permettre une concentration suffisante dans le sang : votre médecin saura vous conseiller. Le traitement doit être poursuivi pendant le séjour puis, très important, entre 3 et 4 semaines après votre retour.
Paludisme : consultez d’urgence en cas de fièvre
Si, malgré la prise de traitements antipaludéens, vous avez de la fièvre, même légère, des nausées, des maux de tête, des courbatures ou de la fatigue, dans la semaine après votre arrivée dans le pays de destination et durant les deux mois qui suivent votre retour, vous devez absolument consulter un médecin le plus vite possible, pour savoir s’il s’agit d’une crise de paludisme. Le diagnostic est réalisé grâce à un examen de sang (appelé frottis sanguin/goutte épaisse) qui consiste à vérifier si le parasite (plasmodium falciparum) se trouve dans vos cellules sanguines. L’urgence est telle que la loi oblige le laboratoire à rendre les résultats du frottis dans un délai maximum de deux heures. « Toute fièvre pendant ou après un retour d’un pays tropical doit être considérée a priori comme un paludisme jusqu’à preuve du contraire », peut-on lire sur le site de l’Institut Pasteur.