Pape Sarr : « Alioune Seck les gros mots ne soignent pas les maux »

Pape Sarr

Penser que la vérité peut être retoquée avec des mots de sorte que le vrai devienne faux et que le faux devienne vrai, c’est vraiment cultiver en soi la nécessité du mensonge à tout prix. En lisant votre réponse à Yoro Dia que vous accusez de pédantisme et contre qui vous vous acharnez avec le dictionnaire Larousse dans ce qu’il a de complexe, vous vous trahissez dans un vocable de cérémonie démoniaque. La manifestation que vous nous proposez dans ce style traduit une névrose

scripturale dans l’utilisation des mots choisis et alignés comme des trophées de maîtrise de la langue française. Vous écrivez comme personne ne parle pas même au Québec ou le français utilise encore tous les vieux mots de la langue de Molière. Les textes sont prévus pour être consommé pour ne pas dire lu mais surtout pour être compris or vous vous complaisez dans un style de brasseur de vent pour essayer d’enfariner les lecteurs. Quand c’est écrit comme ça, comme quand c’est dit ça dénote toujours un gros mensonge. Yoro Dia a écrit un texte facile et digeste avec tout le style et la maîtrise du verbe. De fait son texte est véridique et les analyses vraisemblables. Il est clair à présent pour tout le Sénégal que la théorie du complot est une énième insulte à notre peuple. Samba Yakatan dont il est question sait lui-même que son œuvre satanique n’a pas de cadre autre que la luxure et le péché de chair abominable d’un prédateur assoiffé aux désirs irrépressibles. Parler de « sophistique d’arguties idiotes » c’est ne rien dire, c’est juste vomir sa bile et sa haine. Il n’y a là aucune règle sémantique ou syntaxique. Juste une envie de vomir et de déféquer la haine qui vous turlupine.

Sachez le Monsieur Seck vous ne nous convaincrez pas à coup de mots complexes, d’allégories conspirationnistes, de funambulisme malhonnête et de fantasques guerriers. Nos ancêtres griots ont entonné « Niani bagn na » des lustres avant que tu ne daignes apprendre l’alphabet. Ceux qui te font croire que ta façon d’écrire est valable et que tes gros mots arriveront à bout de vos maux sont comme ceux qui se forcent à penser que Sonko n’a jamais rien fait dans Sweet Beauté. Il vaut mieux t’en séparer définitivement car ils se mentent à eux-mêmes d’abord, avant de t’enfariner de compliments fallacieux. On écrit pour être lu et compris. Sous ce rapport Yoro Dia a réussi son pari.  

J’en suis encore à essayer de comprendre ce que tu dis et la logique des mots que tu emploies. Les sbires de la guérilla de Sonko devraient être ta cible préférée et ils n’ont pas pour la plupart un niveau cohérent de lecture-écriture, alors je me demande encore qui tu essaies de convaincre ?

Vouloir aligner des mots ensemble comme si cela était une contrainte incontournable paraît bien curieux. Peut être une recherche de reconnaissance, sauf que l’élite politique des justes, pas plus que les férus de lettre et d’écriture comme Pape Samba BADJI, le Maître du jeu, ne s’accommode pas de la mauvaise foi. 

De même traiter le brillant texte de Yoro Dia de « facétie dont l’inspiration burlesque est une preuve de parodie de complot », est clairement un syllogisme de nullard. Les prémisses de cette déduction simpliste donc de l’auteur simplet qui vous identifie si bien, sont enfouies dans une cervelle mal

structurée de répliqueur obligé. Il n’y a à présent pas de doute sur votre profil congnitif décérébré.

Dire ce genre de chose c’est a la fois s’entêter dans le déni et définitivement se mettre la tête dans le sable pour ne pas avoir à réfléchir. Quand viendra l’heure de la reconnaissance du bébé de la brave Adji SARR si tant est qu’elle est enceinte, il vous faudra rouvrir le grand Larousse pour trouver suffisamment de mots pouvant servir à votre exercice de style ; des mots étant suffisamment

complexes pour servir la parole ou l’écriture stérile et pouvant servir à l’enfumage.

Alioune ton texte est juste insensé et rempli de mots qui n’y ont aucune place. C’est juste une condensé d’inculture et de dénégations aussi effrontées qu’incompréhensibles. Brasser du vent et tout insulter c’est un style et une marque déposée de sonkolait. Et toutes les personnes atteintes de

sonkocerkhose en usent et en abusent. On joue à se faire peur, on insulte et on menace. Nous en faisons tous les frais et même les chefs religieux ne sont pas épargnés.

Tout comme Ousseynou Seck ton domou baye vous vous employez à alléguer n’importe quoi dans des prêches insolentes et contre productives. Si je n’avais pas moi-même des Seck de Ndjimbi comme cousins et si notre valeureux père feu Mbole Seck n’avait pas fait la fierté des Lougatois que

nous sommes, je m’emploierais minutieusement à ne plus jamais croire un Seck. Vous n’avez pas idée du mal que vous faites et que vous disséminez de manière aussi insidieuse. Merci à mon petit frère Ndiawar Seck d’exister pour faire la preuve s’il fallait que les Seck sont dignes et illustres et que chaque patronyme de ce pays a sa part de merde et d’exception. Heureusement aussi que les sénégalais pour la plupart ont compris et savent à quoi s’en tenir. Aucun Yakatan Kat ne nous déviera de l’essentiel et pour rien au monde nous ne perdrons la science et la foi. Fatalement notre peuple

mettra un terme à cette maladie des temps modernes qui s’exprime dans la délation, la violence, et le mélange des genres. Sonko répondra de ses actes et rien, ni personne, jamais ne marchera dans sa recherche d’amalgame politico-sexo-ethniciste. Oui le peuple vaincra !!!

Pape SARR

Duc de Diapal

laissez un commentaire