Ultimate magazine theme for WordPress.

Poste de Premier ministre…L’opposition fait la leçon à Macky

1

Ce n’est pas chaque jour que l’on voit une opposition faire la leçon à un Président. Mais cela vient de se produire sous l’ère Macky Sall. Depuis que le chef de l’Etat a supprimé le poste de premier ministre, les affaires de la République marche au ralenti. Dans tous les départements ministériels, ce manque est ressenti. Et cet état de fait n’a pas échappé à la vigilance de certains opposants. Et pourtant depuis des années, l’on rappelle au président le rôle important du PM…mais Macky n’écoute personne.

Le premier ministre joue un rôle très important au sein du Gouvernement et cela, le chef de l’Etat Macky Sall semble l’ignorer. Le PM assure la coordination de l’action gouvernementale. Son absence dans la gouvernance de Macky se sent dans le fonctionnement de certains ministères. Sans guide, ils se perdent sur le chemin de l’action. Et ce poste, combien important, a été supprimé par le locataire du Palais, depuis le 14 mai 2019.

Cette situation a donné naissance à de nouveaux types de ministres…les ministres « catastrophes ». Ces personnes sont incapables de mener à bien leurs missions. Mais malgré tout, ils sont maintenus au sein du gouvernement par Macky Sall. Une chose qu’aucun premier ministre sérieux ne laisserait faire. Et leur gestion calamiteuse se fait sentir à tous les niveaux de la République. Même du côté de l’opposition on sait que l’absence du PM affecte les actions du gouvernement.

Dans ses questions économiques de la semaine (Questekki), Mamadou Lamine Diallo a fait cette remarque au président Sall. « Le Président Macky Sall, devenu de fait premier ministre, est obligé de convoquer une réunion de crise au palais pour ce qui relève d’un suivi régulier si on a de la considération pour son peuple. Covid 19, inondations, chômage et hausse des prix, la vie est intenable au pays de la Teranga. Il faut changer la gouvernance de ce pays », prône le député et leader du mouvement Tekki.

Le premier ministre est souvent le numéro deux de l’État et du parti du Président. Cette position double fait de lui un successeur potentiel. Dans la tradition politique sénégalaise, sa présence ou son absence a toujours été déterminante pour la stabilité gouvernementale et la succession politique. Pour preuve depuis le président Macky Sall s’est débarrassé de Mahammed Boun Abdallah Dionne, il est devenu plus que vulnérable. L’équipe qui dirige le palais, sous la houlette de Mahmoud Saleh, est incapable de faire face. Et le chef de l’Etat lui-même ne peut pas être au moulin et au four.

Il est devenu primordial pour le président Macky Sall de rétablir le poste de premier ministre. L’avenir a montré que ses arrières étaient plus assurés lorsqu’il avait un premier ministre, que maintenant où il dirige seul le pays. En tant que chef d’Etat et chef de parti, il lui sera difficile voire impossible de remplir ses deux rôles. Et ses ministres catastrophes ont besoin d’un berger qui les remette sur les rails.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (1)