Présidentielle 2020…Bédié demande le soutien de Gbagbo et en retour il va

Le président du Pdci, Henri Konan Bédié, entend bien être candidat à l’élection présidentielle de 2020. Il l’a clairement fait savoir à l’ex-chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, lors de la rencontre entre les eux hommes d’Etat, qui a eu lieu le 29 juillet 2019 à Bruxelles en Belgique. C’est du moins ce que révèle l’hebdomadaire Jeune Afrique dans sa dernière parution du dimanche 11 au 17 août 2019.

De fait, rapporte le confrère, il a été bien question de l’élection présidentielle lors du huis clos de Bruxelles entre Bédié et Gbagbo. La réconciliation mise en avant dans le communiqué de presse rendu public n’aura été qu’un cache-sexe. Le sujet au coeur  de la rencontre a tourné autour de la présidentielle de 2020. « Lors de leur tête-à-tête, les deux opposants ont évoqué la réconciliation en Côte d’Ivoire et la présidentielle de 2020 », révèle le confrère.

Puis il met au jour ce que les différentes interviews accordées récemment par Bédié aux médias français ont laissé devenir : la candidature du président du Pdci au scrutin présidentiel de 2020. « Bédié n’a pas caché sa volonté de reconquérir la présidence qu’il avait perdue lors du coup d’Etat de 1999 et a demandé à Gbagbo de lui apporter son soutien, ainsi que celui de son parti, le Fpi », soutient la même source, levant ainsi le doute sur ce que Bédié lui-même avait laissé transparaître dans ses récentes interviews.

Afin de s’assurer le soutien de Gbagbo et de son parti, le Fpi, Bédié lui a fait miroiter des promesses fort tentantes. « Il lui a promis en échange un partage du pouvoir et la réhabilitation de tous ses partisans encore en exil, à commencer par lui-même », croit savoir le confrère. Le président du Pdci veut donc recourir à la traditionnelle règle du 2 contre 1 qui rythme les joutes présidentielles en Côte d’Ivoire depuis quelques années. Après s’être associé à Alassane Ouatara pour arracher le pouvoir à Gbagbo, il veut s’allier cette fois à celui-ci pour espérer reprendre le fauteuil présidentiel à son allié d’hier, avec lequel il est désormais en froid.

Mais la partie ne semble pas gagnée d’avance si l’on s’en tient à la réponse que l’ex-chef de l’Etat a donnée à l’octogénaire de Daoukro. « Gbagbo a demandé un délai de réflexion et prié ses collaborateurs de rester en contact avec ceux de son hôte afin de préparer une plateforme commune de l’opposition », rapporte l’hebdomadaire panafricain.