Second mandat de Macky…la foire aux empoignes

Il se déroule actuellement une situation inédite au Sénégal. Le Sénégal n’avait jamais connu auparavant un tel remue-ménage. Au sein du parti au pouvoir, l’Alliance pour la République (APR), on s’entredéchire. Pendant ce temps, ses alliés au sein de Benno Bokk Yaakaar (BBY) observent sans rien dire, comme s’ils étaient en train de compter les coups.

Du côté de l’opposition, on ne fait pas mieux. La guerre est déclarée entre responsables de l’opposition. Qui ne se souvient de ces sorties malencontreuses et injustifiées de Barthélémy Dias, un des lieutenants de Khalifa Ababacar Sall à l’endroit du leader de Rewmi, Idrissa Seck pour son silence sur l’actualité politique nationale. Pourtant, Idrissa Seck avait accepté le sacrifice lors des dernières élections législatives de juillet 2017, lorsque, ayant accepté de mettre de côté tout son égo, avait laissé le soin à Khalifa Sall d’être la tête de file nationale à la proportionnelle de leur coalition, alors que lui avait choisi le plus difficile, en conduisant la liste départementale majoritaire de Thiès. Pari risqué pour Idrissa Seck qui face aux moyens colossaux déployés par la coalition au pouvoir, avait finalement perdu la bataille de Thiès. Pourtant s’il avait accepté de participer à une autre coalition de l’opposition dont le Parti démocratique sénégalais (PDS) qui est sa famille naturelle était la principale composante, Idrissa Seck se serait retrouvé dans une position confortable qui l’aurait assuré le poste de député, et certainement au Sénégal, on n’en serait à épiloguer sur son silence actuel. En sa qualité de député, il se sentirait obligé de participer aux débats à l’Assemblée nationale, et de se prononcer sans aucune fuite sur des sujets de l’actualité nationale. Comme çà, on n’aurait parlé de son silence actuellement qui fait débat.

L’on peut toujours multiplier d’autres cas d’exemples de tiraillements dans l’opposition, avec les tirs d’armes entre Mamadou Lamine Diallo et Mamadou Diop Decroix, ou alors Ousmane Sonko qui s’octroie le droit de donner des leçons à tout le monde.

Le parti au pouvoir qui s’entredéchire, l’opposition de même, quelle occasion rêvée pour la société civile d’occuper tout cet espace délaissé par les politiques.

Il se passe au Sénégal qu’il est inévitable. Le Président de la République Macky Sall ne peut et ne pourra même pas tenter, en l’imaginant une seule fois, le coup de force de tordre le cou à la Constitution pour prétendre se présenter à un troisième mandat successif. Alors, les coups, l’on se permet de les donner ouvertement ou bassement. C’est vraiment selon !

La rédaction de Xibaaaru