Secteur arachidier : Mettre en échec les nouvelles manœuvres de la

Secteur arachidier : Mettre en échec les nouvelles manœuvres de la Banque mondiale (Par Ibrahima Sène – Première partie)

  1. I)     Introduction

La Banque mondiale vient de publier une Etude intitulée « Sénégal : de meilleurs marchés pour tous grâce à la politique de la concurrence ».

Ce titre plutôt évocateur de l’objet de cette Etude qui veut faire croire que la concurrence permet à tous les acteurs d’avoir de « meilleurs marchés » n’et fondé sur aucune base empirique. Au contraire, la « concurrence » élimine du marché les plus faibles, par leur mise en faillite, et accroît la richesse des plus forts puisque disposant de meilleures technologies et de meilleures ressources humaines, du fait qu’ils disposent de plus de capitaux.

C’est ce qui s’est vérifié au plan mondial, où la concurrence a conduit à l’apparition de « monopoles » sous les cendres de petites et moyennes entreprises, et a produit, grâce au soutien de leurs Etats, leur transformation en puissantes multinationales, dont les GAFA qui régentent le monde d’aujourd’hui.

Même aux Etats Unis, le Président Trump, pour défendre les intérêts des multinationales des énergies fossiles et du Charbon, s’est détourné du crédo sacro- saint « d’un marché de libre concurrence », dans lequel il voit aujourd’hui, des dangers pour la production industrielle et les emplois de son pays.

Au Sénégal, c’est à travers l’ajustement structurel que la Banque mondiale, au prétexte de la promotion de la concurrence, avait édité des réformes qui ont abouti à détruire les capacités de production de la grande majorité des exploitations agricoles familiales productrices d’arachides, et à les jeter dans la pauvreté en éliminant une bonne partie d’entre elles du marché de l’arachide qui était programmée d’une belle mort au profit de l’importation de l’huile végétale.

La Banque mondiale n’a donc pas vouloir revoir de façon critique, l’expérience acquise au Sénégal dans la mise en œuvre de son crédo de réformes libérales de l’Economie, ni tenir compte des évolutions qu’il connaît aux Etats Unis même, sous Trump, pour doper la croissance de son Economie et l’emploi de ses concitoyens.

Mais pour convaincre les Sénégalais du bien fait de ses réformes libérales pour plus de concurrence, notamment dans la réduction de la pauvreté, elle n’a trouvé mieux que de nous faire du « réchauffé », en sortant des évaluations faites en 2011, de l’effet de la baisse de 10% des prix de l’huile végétale entraînée ces réformes, sur le pouvoir d’achat des consommateurs et sur la réduction de la pauvreté.

De ce fait, la Banque mondiale fait comme si en 2019, les prix de l’huile végétale et le taux de pauvreté au Sénégal, sont les mêmes qu’en 2011, pour faire croire au sérieux de ses recommandations.

Ce qui montre à quel point, la Banque mondiale est restée prisonnière de son apriori idéologique libéral, qui voue à l’échec ses réformes libérales aux conséquences lourdes de détresse sociale pour les populations.

C’est pour cela que cette réponse à l’Etude de la Banque mondiale part d’un rappel historique du fondement de ces réformes et  du bilan de leur mise en œuvre dans la filière arachidière,  avant  d’analyser les tenants et aboutissants des mesures de réforme qu’elle propose au jourd’hui, dans un contexte où les Nations Unies ont décidé de consacrer à partir de cette année, toute une décennie de promotion de l’exploitation agricole familiale,  qui est au cœur de notre système  de production agricole,  que vingt ans d’ajustement structurel et dix ans de  règne d’un pouvoir libéral  n’ont pu détruire.

  1. II) Rappel historique
  2. a)      La situation avant les politiques libérales de la Banque mondiale

Les défis de l’autosuffisance alimentaire et de modernisation de l’agriculture paysanne africaine ont été, depuis les Indépendances des années 60, ce que les Etats Africains au Sud du Sahara, se devaient de relever pour sortir du sous-développement.

Cependant, durant la première décennie des Indépendances, les Gouvernements africains n’ont pas été en mesure d’assumer des politiques de rupture avec les fonctions traditionnelles que les puissances coloniales avaient assignées à l’agriculture africaine.

Ces fonctions consistaient d’une part, à produire et à exporter les produits de base dont les industries alimentaires et textile des puissances coloniales avaient besoin (arachide, café, cacao, thé, coton etc.), et d’autre part, à importer pour se nourrir, s’habiller et s’équiper.

Mais, dès la deuxième décennie des Indépendances, les exigences de la restructuration des économies des ex-puissances coloniales en Europe, en pleine construction d’un vaste marché commun, avaient entraîné des changements importants dans la politique des pays européens pour satisfaire leurs besoins en produits alimentaires et textiles.

C’est ainsi que les politiques nationales des pays d’Europe, de soutien à la production des produits de base dans les pays africains dont les Européens avaient besoin, avaient cédé le pas à une politique commune d’aide au développement.

Cette nouvelle politique est matérialisée par la création du fonds de stabilisation des prix des exportations agricoles des pays en développement membres du groupe ACP/UE, le STABEX.

C’est ainsi, par exemple, que le soutien du prix d’exportation de l’arachide de 25% garanti par la France au Sénégal, a été supprimé dès 1964/65, et remplacé par la suite par le STABEX géré par la Commission de l’Union Européenne.

C’est ainsi, aussi, que pour le coton, un accord multifibre à l’échelon mondial garantissait la stabilité des prix.

Dans cette nouvelle situation, les recettes d’exportation des produits agricoles stabilisés dans un vaste marché européen protégé, devraient pouvoir servir à importer la nourriture et l’habillement nécessaires aux pays africains, avec le recours, si besoin, à l’aide alimentaire et à la « friperie ».

Ces mutations dans les économies Européennes et dans leurs rapports avec les politiques agricoles des anciennes colonies africaines, se déroulaient dans un contexte mondial d’abondance de capitaux (pétrodollars, et eurodollars) avec de bas taux d’intérêt et de bas taux de change du dollar, qui encourageaient les Etats Africains à s’endetter pour finaliser leurs projets de production agricole, souvent élaborés à partir de Bureaux d’Etude des ex-puissances coloniales.

Cette deuxième décennie des Indépendances se soldait par des déficits de plus en plus lourds de la balance des paiements extérieurs et de la balance commerciale des Etats Africains à cause d’une forte détérioration des termes de l’échange, par un endettement jugé déjà insupportable, et par une crise alimentaire sous le double effet de la péjoration du climat, particulièrement en Afrique sahélienne, et de la flambée des prix alimentaires importés.

Cette situation, dans les pays africains, était grosse de troubles sociaux, et même de révolution, dans un contexte mondial de « guerre froide » exacerbée.

Ce fut la période cruciale des luttes armées de libération nationale en Angola, au Mozambique, en Rhodésie, devenue Zimbabwe, et de luttes anti coloniales et anti racistes en Namibie et en Afrique du Sud.

Cette situation explosive en Afrique avait mobilisé les pays développés du camp capitaliste mondial au sein de la FAO, pour proposer des voies de sortie de crise de l’agriculture africaine pour les 25 années à venir.

Mais, auparavant, ce fut d’abord l’Assemblée des Chefs d’Etats et de Gouvernements, au sein de l’OUA, qui adoptait en Juillet 1985, « le Programme prioritaire du redressement économique de l’Afrique » pour 1986/1990.

Ce programme faisait de l’agriculture la « priorité des priorités », et plaçait la résolution des problèmes alimentaires de l’Afrique, au centre de ses préoccupations et projets.

Ce programme fut entièrement tenu en compte dans la Résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies, adoptée par la suite, et intitulée « Programme d’Action des Nations Unies pour le Redressement Economique et le Développement de l’Afrique 1986/1990 ».

C’est donc sur cette base que la FAO avait mis en œuvre une étude pour proposer un « Programme d’action pour l’agriculture africaine les 25 prochaines années ».

Dans ce programme, la FAO préconisait l’amélioration de ce qu’elle avait appelé les « quatre i », du développement agricole que sont : « incitations », « intrants », « institution » et « infrastructures ».

Mais elle attirait, en même temps, l’attention sur « les problèmes » que pose le poids du remboursement de la dette extérieure africaine sur leur capacité à réaliser le Programme, et le « manque de devises » des pays d’Afrique qui aggrave cette situation.

Elle recommandait donc que « les Programmes de reconversion de la dette devaient favoriser la reprise de la croissance », et que « les accords commerciaux devaient faciliter l’accession à l’autosuffisance alimentaire, en permettant à l’Afrique de développer ses ventes des produits agricoles à « des prix raisonnables ».

Donc pour la FAO, il s’agissait de «   reconvertir la dette en moyens de financement pour la reprise de la croissance ».

Mais malgré ces bonnes intentions, le FMI et la Banque Mondiale imposèrent, sous l’impulsion des Etats Unis, des Programmes d’Ajustement Structurel (PAS), axés sur le remboursement prioritaire de la dette extérieure et sur le développement de produits exportables, et préconisaient de remplacer l’objectif « d’autosuffisance alimentaire » par l’objectif de « sécurité alimentaire ».

Ces programmes d’Ajustement structurel perpétuaient ainsi l’orientation coloniale de l’agriculture africaine tournée vers la production et l’exportation des produits de base et l’importation de produits alimentaires.

A suivre…

Par Ibrahima SENE (PIT-Sénégal)