Ultimate magazine theme for WordPress.

Sénégal : Nio Lank…en guerre contre les violences policières

0

Balla GayeFallou SeneAbdoulaye Wade Yinghou, tué le 14 juillet 2010 par des policiers du commissariat de Yeumbeul, Dominique Lopy « torturé » à mort à la prison de Kolda en 2007, Mamadou Bakhoum retrouvé mort le 23 janvier 2009 dans les locaux de la brigade de gendarmerie de Karang, Pape Sarr Torturé et brûlé au poste de police du quartier Hamdallahi 4 de Sam-Sam1.

Voilà quelques noms rendus tristement célèbres par les bavures fatales, actes de violence et tortures immorales commis par les forces de police et de gendarmerie ces dernières années. Leurs souvenirs ne disparaitront pas de sitôt de nos mémoires et de notre vécu parce que les mêmes pratiques continuent, les mêmes formes de violence, les mêmes forces de sécurité et avec  la même impunité.

Nous, collectif Nio Lank, avons décidé de faire de la question des violences policières un enjeu dans notre plateforme de lutte. Nous sommes concernés au premier chef, puisque souvent victimes des abus répétés de la police.  Rien que dans les derniers 30 jours, nous avons eu 4 cas exemplaires :

  • Cas de Guy Marius Sagna, qui allait juste pour déposer une lettre d’information, maltraité violement et gardé à la police,
  • Cas de Ardo Gning, qui s’est fait arrêter et torturer puis accusé de détention de chanvre
  • Cas de y en a marre, qui va pour déposer une lettre à Orange et dont les membres ont été arrêtés et gardés à vue  puis libérés sans suite
  • Cas d’Abdoulaye Touré, qui allait à un point de presse et s’est fait agresser par des GMI

Ces camarades ont été malmenés, blessés et personne n’a été sanctionné. Pire, certains ont été ensuite déférés comme s’ils étaient coupables de voies de fait.  Soyez surs, qu’au même moment des centaines d’autres citoyens ont subi les violences de la police partout dans le pays. Tous les cas ne parviennent pas dans la presse. Nous pensons donc que ce combat est celui de tous les sénégalais. Chacun de nous est une victime potentielle. Il faut confronter ce problème. Nous voulons aussi pousser toutes les victimes à déposer plainte, sans se décourager.  Nos camarades l’ont fait. Nous avons la conviction que les violences policières ne changeront que sous la pression du public. Les sénégalais doivent savoir que s’ils restent passifs devant ce phénomène, la gangrène va finir par infecter toutes les forces de l’ordre et de sécurité.  Nous ne devons pas attendre qu’il soit trop tard. Nous pensons aussi qu’il est temps de mettre en place un observatoire des violences policières pour identifier tous les auteurs de violences injustifiées.

Nous voulons aussi dire que nous soutenons les citoyens qui prennent des photos de dénonciation de corruption de policiers dans la rue.  Par le texte, la photo, l’image et la vidéo, nous avons le droit de recueillir de preuves de corruption.  Le racket, c’est du vol , une autre forme de violence. Ces délits sont observables sur la voie publique.

Pour terminer,  nous avons pris connaissance de la circulaire du procureur, rappelant à tous les officiers de police de se limiter à traiter les cas d’infraction pénale et non accepter de se faire les instruments de règlements de compte dans des affaires civiles. Nous considérons que ce rappel est approprié concernant le dossier YAM ou le commissariat de Dieuppeul a voulu prêter sa force à Orange alors qu’il s’agit d’une affaire purement commerciale entre une société et des abonnés. La gendarmerie de Tivaouane dans l’affaire Ardo Gning a aussi été instrumentalisée par les ICS. Mais ce rappel ne suffit pas.  Le procureur doit poser des actes d’opposition aux actes illégaux.  Nous attendons la suite concrète que le parquet va apporter comme réponses aux plaintes déposées.

laissez un commentaire