Ultimate magazine theme for WordPress.

Sokhna Aïda Diallo toujours contestée

0

Toute personne soumise à cette femme est mécréante.

Cette C… xéssalisée, maquillée en or vif, habillée d’une valeur qui frise la morale dans une rutilante 4×4 Porche à la valeur d’une villa, entourée d’un nombre incalculable de mecs fous, s’adonne à une opération de transgression du mouridisme sans précédent.

À la place de récompense pour ses Berndé, elle n’aura que de la réprimande de la part du bon Dieu car rien y est sincère. Elle fait preuve de maladresse et de vantardise, du Nguistaal adulée par une Presse alimentaire sans retenue ni limite.

Le mouridisme c’est la pratique de l’islam à la lettre.

Et la place de la femme a été bien définie dans l’islam. Elle ne peut en aucun cas prononcer le sermon du vendredi ou diriger une prière.

Au nom de quoi cette S…entourée d’abrutis s’arroge le droit de Khalife, comme une reine sur chaise formulant des prières ? Alors que je ne suis pas sûr qu’elle pratique régulièrement les 5 prières quotidiennes.

Je viens de me rendre compte que la docilité du peuple sénégalais est du fait du nombre de fous insoupçonnés dans notre société.

Tant qu’il y’a de la bouffe et de la boisson gratuites à volonté, ils deviennent manipulables.

Je me demande souvent si certains talibés MOURIDE savent réellement ce que Cheikh Ahmadou Bamba a enduré pour en arriver là entre Bureau baa caa Ndar, déportation au Gabon et en Mauritanie, prison et état de siège.

Toute sa vie, le Cheikh l’a consacrée aux enseignements coraniques et fervent serviteur du prophète Mohamed (PSL)

Il s’était complètement détourné de tout de ce bas monde. Jamais il n’a touché à l’argent, jamais dormi sur un matelas, jamais mis ses pieds dans une voiture de luxe, jamais porté des vêtements de valeur.

Il avait même refusé aux colons la légion d’honneur.

Pour qu’une femme puisse servir à Serigne Touba, faut qu’elle soit une Mame Diarra de comportement.

Suis loin d’être insolent, seulement je ne sais pas faire dans la langue de bois. Un chat se nomme un chat.

Ci zahir quand une femme se permet sans scrupule d’enfreindre les lois islamiques, aucun superlatif n’est de trop pour la qualifier et la remettre à sa place.

Mais que voulez-vous comme les épouses de certains Mbacké-Mbacké rivalisent d’ardeur au xéssal et aux cheveux naturels, cela ouvre les portes à toute foutaise dans le mouridisme.

D’en haut, triste soit Mame Bamba…

WASSALAM !!!

Un talibé

laissez un commentaire