Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko insulte la justice qui a condamné l’agresseur de sa mère

0

Ousmane Sonko est un animal politique à deux têtes. D’un côté, il vous ménage quand vous l’arrangez et de l’autre il vous mange comme une proie…un véritable prédateur qui n’a qu’un seul intérêt : sa satiété. Et aujourd’hui n’étant pas satisfait de dame justice parce qu’il y a un processus en sa défaveur, il s’en prend aux juges les traitant de complices du pouvoir. Et pourtant les juges ont été  un jour de son côté…Et il avait applaudi ce jour-là, l’indépendance de la justice.

Eh oui xibaaru va vous ramener trois ans en arrière. Et votre site préféré va vous révéler une face cachée de Monsieur Ousmane Sonko, leader du  parti Les Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef). Il n’a toujours pas été contre la justice. Au contraire, il a saisi la justice en laquelle il avait confiance et pas pour n’importe quelle affaire…Cela concernait sa mère.

Retour en septembre 2018

Nous sommes en 2018. Un gendarme fait une incursion au domicile de la mère de Ousmane Sonko à Ziguinchor. Il vient récupérer des fiches de parrainage appartenant au parti de M. Sonko. La mère de l’opposant et quelques membres de la famille s’opposent à la volonté du gendarme. Il s’en est suivi une polémique. La presse s’en empare. Et l’opposition dénonce un abus d’autorité de la part du gendarme. La famille porte plainte. Les faits se sont déroulés au mois de septembre 2018.

Le procès en Février 2019

L’agent de maintien de l’ordre comparaît en 2019 devant le tribunal de grande instance de Ziguinchor. Le juge a déclaré le gendarme coupable de l’infraction d’abus d’autorité parce que c’est un agent militaire qui a posé un acte de droit civil. Et il a été condamné à trois mois de prison avec sursis pour abus d’autorité envers la mère d’Ousmane Sonko, l’un des cinq candidats à l’élection présidentielle du 24 février prochain (BBC).

Les militants du parti d’Ousmane Sonko et la mère de ce dernier ont réclamé le franc symbolique, autrement dit, ils ont renoncé à tout dédommagement, estimant que leur objectif a été atteint. Pour eux justice a été rendue. Ousmane Sonko et le Pastef avaient magnifié l’indépendance de la justice et le professionnalisme du juge qui avait condamné le gendarme…Et on était en pleine élection présidentielle.

Mais tout change après la présidentielle

Ousmane Sonko et le Pastef qui avaient salué la justice pour avoir condamné l’agresseur de sa mère, oublient tout et accusent cette même justice d’être à la solde du pouvoir au lendemain de la présidentielle. Et il n’a plus lâché cette justice qui l’a convoqué pour l’affaire de viol et qui vient de renvoyer le procès de Barthélémy Dias au 1er décembre. Il avait demandé à Barthélémy Dias de ne pas répondre au juge de la cour d’appel. Et si le gendarme qui avait agressé sa mère avait décidé de ne pas répondre au juge, Sonko aurait crié au scandale…

Ousmane Sonko disait lors de la conférence de presse du 10 novembre : « Macky Sall va continuer à emprisonner à tour de bras en instrumentalisant la justice. On a vu ce qu’il a fait avec le président Khalifa Sall qui a été une des plus grandes victimes de Macky Sall »…Ousmane Sonko ne dirait pas la même chose de cette justice qui a condamné un gendarme à trois mois de prison pour avoir arraché des mains de sa mère des fiches de parrainage. Et le dirait-il aussi de cette même justice qui a rappelé à l’ordre plusieurs préfets et sous-préfets qui avaient invalidé les listes de la coalition Yewwi Askan Wi dont il est l’un des membres fondateurs ?

La Rédaction de xibaaru

laissez un commentaire