« Sonko n’est qu’un néo populiste qui excelle dans la manipulation » (Lass Badiane)

Président du mouvement DIEUM KANAM

Le député OUSMANE SONKO est de la daube, il restera de la daube!

Il est le produit, de circonstances exceptionnelles, accidentelles, profitant de quelques échecs du gouvernement mais surtout de la tentation de suffisance de beaucoup de responsables de la majorité présidentielle.

Il n’est qu’une création médiatique, surestimée et engagée dans des discours anti systèmes visant des sénégalaises et des sénégalais, qui n’ont commis qu’un « seul crime »: c’est d’avoir la confiance de nos concitoyens de manière démocratique.

Il est l’incarnation parfaite de Benji personnage du roman « le bruit et la fureur » de William Faulkner.

Le député OUSMANE SONKO est de la daube, il restera de la daube.

SONKO n’est qu’un néo populiste qui excelle dans la manipulation politicienne.

Je dois dire qu’il mélange le fantasme complotiste et la rhétorique politicienne.

C’est évidemment délirant de voir la main du pouvoir derrière toutes les affaires incriminant des opposants, en tout cas je ne vois pas ce qui lui permet d’affirmer cela.

À moins qu’il soit atteint d’une incontinence cardiale.

La morale, la République propre, la politique intègre, l’homme inattaquable et  insoupçonnable… c’est lui.

Il l’a tellement  proclamé qu’il a peut-être fini par y croire  lui-même.

C’est une monstruosité !

Le fait, qu’il soit originaire de la Casamance, ne fait pas de lui, le leader politique naturel, car jusqu’à présent, il n’a été élu dans aucune commune de la région.

D’abord, parce que c’est toujours une idée  fausse, bien que naturelle, de se croire  propriétaire de sa ville ou de sa circonscription. Au prétexte, que l’on a gagné  la majorité des centres de votes lors de la présidentielle, on finit par s’imaginer avoir des  droits, notamment celui de donner des injonctions au Président de la République, qui détient une légitimité populaire incontestable, et à certains concitoyens de la Casamance.

Cependant, certains collaborateurs du président doivent être poursuivis pour HAUTE TRAHISON.

Il est incompréhensible, inacceptable et inconcevable, que des centaines de milliards de Fcfa dégagés par le président de la République, en faveur des jeunes et des femmes, n’aient pu avoir un impact beaucoup plus positif dans leur quotidien.

Ces collaborateurs, qui négocient parallèlement avec ses adversaires politiques, doivent être sanctionnés car c’est de la traîtrise.

LASS BADIANE PRÉSIDENT MOUVEMENT DIEUM KANAM 

HABITANT DE SUELLE(BIGNONA)

laissez un commentaire