Ultimate magazine theme for WordPress.

Révélations : Sonko prêt au suicide (raté)…pour accuser Macky Sall

Le maire de Ziguinchor apelle à l'insurrection et à déloger le président du palais
1

Pour la première fois, la scène politique Sénégalaise enregistre un personnage hors du commun. Un homme politique qui avance dans le chaos et même après le chaos. Ousmane Sonko est le phénomène politique qui est arrivé avec la tempête et qui impose un temps permanent de turbulence dans l’espace politique. Mais l’homme est prêt à tout pour jeter l’opprobre sur son rival dont il convoite le fauteuil, Macky Sall. Et ce qui vient de se passer à Ziguinchor, relève d’une stratégie savamment préparée qui n’est que le début d’un long plan diabolique que mijote Ousmane Sonko….

Ousmane Sonko aime se faire du mal pour avoir du plaisir et du même coup se faire adorer. Ces pratiques politiques « sadomasochistes » sont légion dans notre environnement depuis l’arrivée de Sonko comme un opposant. Il brûle les codes de l’administration et fait fuiter des documents ; Il est renvoyé mais obtient ses premières heures de gloire. Il en tire même un gain inestimable : il devient député. Ensuite pendant la présidentielle, il se fait attaquer violemment avec des cadavres sur son chemin. Il est érigé en victime et arrive troisième à la présidentielle…

Député puis troisième à la présidentielle, Ousmane Sonko va inviter la violence sur son chemin pour faire de Macky Sall un dictateur « brûleur » de la démocratie et « tueur » d’enfants. Les évènements du mois de mars ont pour dénominateur commun : Ousmane Sonko. Il est à l’origine et à la fin du processus. C’est lui qui est dans un salon de massage…Et c’est Macky qui est accusé. Le président Macky Sall est sorti plus éprouvé et dégradé après ses évènements comme si c’était son procès. Et ça, c’est la méthode Ousmane Sonko.

Sonko est un grand manipulateur. C’est toujours lui la victime. Même entre opposants, il attire l’attention de tout un peuple sur sa personne. La scène de l’évanouissement à Ziguinchor pendant le discours d’Aïda Mbodj a éclipsé tous les opposants présents pour faire de lui, la vedette du meeting. Ousmane Sonko est capable de tout. Même de se faire harakiri, rien que pour faire accuser son adversaire. Et c’est cette stratégie qu’il a déroulé à Ziguinchor.

La scène barbare entre les partisans de Sonko et ceux de Doudou Ka à Ziguinchor, n’est que le début d’un long plan machiavélique ourdi par le leader du Pastef. Accuser Doudou Ka, c’est encore salir Macky Sall. Accuser la Police, c’est aussi atteindre Macky Sall. Et c’est l’objectif recherché par l’opposant. Mais sauf que selon nos sources, cet opposant veut encore aller plus loin pour « détruire » la personnalité de Macky Sall et faire de lui-même, la victime la plus présidentiable du Sénégal en 2024 avec une majorité à l’assemblée en 2022…

Selon des bruits qui courent, la vie du politicien serait en danger en Casamance. Ou peut-on la formuler autrement : Ousmane Sonko serait-il prêt à mettre sa vie en danger pour devenir le prochain président du Sénégal ? Des partisans de Pastef font courir le bruit que la vie de leur leader serait en danger en Casamance. Et puisque c’est toujours lui la victime, le coupable devrait être le pouvoir…Macky Sall.

¨Partout où passe Sonko, le chemin est parsemé de désespoir et de morts. Hier nous avons frôlé les morts par armes blanches et balles. Et si demain, Ousmane Sonko racontait avoir été attaqué par des individus ; le coupable idéal serait tout trouvé. Serait-il prêt à commettre un suicide « raté » pour détruire Macky Sall et se positionner comme le prochain « président » du Sénégal ? Voici l’homme politique, Ousmane Sonko, capable de se taillader le corps, capable de se couvrir de son propre sang pour arriver à ses fins…

La Rédaction de xibaaru

Afficher les commentaires (1)