Tabaski : éviter le gaspillage et l’ostentation bannis par l’Islam

La fête de l’Aïd-Al-Kabîr ou Tabaski : quand l’ostentation obstrue et obscurcit le sacrifice.

La fête de l’Aïd-Al-Kabîr communément appelée dans la sous-région la tabaski est célébrée le dixième jour du dernier moi de l’hégire.

Suite à une vision onirique dans laquelle il lui est demandé de sacrifier son fils (Ismaël ou Isaac), Abraham qui a pour sobriquet, l’ami intime de Dieu accomplit symboliquement cet ordre divin en guise de dévotion et de gratitude à son Seigneur.

Cet acte très symbolique dans la religion musulmane et pleins d’enseignements. Mais au lieu de nous interpeller pour nous rapprocher davantage de Dieu, elle nous renvoie au contraire à notre alter ego, notre amour amour-propre.

En effet, à travers ce rite, toutes les composantes de la famille sont interpellées : l’homme, la femme et les enfants.

Quand Abraham accepte de sacrifier son fils suite à un songe qu’il a fait, quel doit être l’attitude des parents qui ont une mission salvatrice à l’égard de la progéniture ?

“Chacun d’entre vous est un berger et chacun d’entre vous est responsable de son troupeau”.  Ces paroles rapportées par Al-Bukhârî et Muslim devaient être constamment méditées par les parents qui semblent démissionner de l’éducation des enfants.

Aujourd’hui le constat que nous avons fait, montre une démission de certains parents ; des parents qui, au lieu de s’investir à éduquer leurs enfants, les sacrifient pour l’avoir et le pouvoir.

La femme, pilier fondamental de la famille, boussole de la société, doit saisir cette occasion pour se rappeler de son rôle prépondérant et de sa place centrale.

En effet, Ménon dans l’ouvrage éponyme disait à Socrate que la vertu de la femme consiste à rester dans son foyer, s’occuper de l’éducation des enfants et être soumise à son mari et en quoi il aurait tort même si dans nos sociétés modernes après l’émancipation, la parité, les femmes exigent l’autonomisation de la femme.

A l’occasion de la célébration de l’Aïd-Al-Kabîr (Tabaski), il est bien que les femmes se rappellent que le focus ne doit pas être mis sur le vestimentaire et le folklore.

L’instinct et l’amour maternel n’ont pas pu pousser la femme à désobéir son mari, Abraham. Elle a su se conformer à la volonté d’Abraham de sacrifier son unique fils, un acte symbolique de dévotion.

Quant aux enfants, la Tabaski est une occasion pour eux de célébrer la fête mais surtout  de rendre grâce à Dieu.

Ismaël ou Isaac aurait échappé de justesse ni était la promptitude de l’archange Gabriel (Djibril) qui le substitua avec un bélier avant qu’il ne trépassât.

Au-delà de l’aspect festin de la Tabaski, les enfants doivent être conscients des énormes sacrifices que leurs parents font pour eux ; pour subvenir aux besoins de la famille, ils sont presque au bout de leurs efforts. En revanche, ils leur doivent respect, reconnaissance et obéissance.

En dépit de tout ça, on constate que dans nos sociétés modernes ou modernisées sans modération, la dimension culturelle et sociétale est en train de primer sur celle religieuse et spirituelle.

Nous pensons que la façon dont on organise les cérémonies religieuses au Sénégal mérite une réflexion.

Certes il ne nous appartient pas de juger qui que ce soit mais nous constatons simplement qu’il y’aurait gaspillage et ostentation dans nos pratiques rituelles.

S’agissant de l’animal à sacrifier même si des recommandations strictes sont données concernant son choix, c’est plus l’acte de dévotion qui est importante et non la quantité de la viande.

Si c’était une question de quantité, Dieu nous demanderait de commencer par le bœuf ou le chameau.

Quand dans une concession, on immole à la Tabaski plus de sept animaux moyennant 150 000 F l’unité alors que dans sa propre famille ou dans le quartier d’où l’on réside il y a des gens qui n’ont même pas de quoi payer un poulet, il y a un problème.

Quand on paye un mouton de tabaski à des centaines de mille pendant que des pères de famille ne mangent pas à leur faim ou n’ont pas de quoi payer une ordonnance, il y a un problème. Sacrifier un mouton pour l’Aïd-Al-Kabîr (Tabaski) est un acte de dévotion mais aider les nécessiteux est aussi un acte de dévotion plus que nécessaire et humanitaire.

Quand des gens à l’abri du besoin payent des moutons à d’autres gens du même statut social, il y a un problème.

S’il y avait moins d’ostentation, de concupiscence ou de gaspillage dans nos pratiques religieuses, le report du pèlerinage à la Mecque en raison de la pandémie à Covid-19 devrait être senti par les nécessiteux sénégalais qui vivent dans une pauvreté et une précarité endémiques.

Les cérémonies religieuses ruinent les Sénégalais parce que la plupart d’entre nous sont dans l’ostentation qui conduit à la concupiscence et au gaspillage.

Immoler un mouton à la Tabaski est un acte surérogatoire alors que venir au nécessiteux, donner l’aumône est une obligation.

Mais c’est dommage qu’au Sénégal on se casse la tête à faire ce qui est surérogatoire et on zappe le nécessaire essentiellement obligatoire.

Ostentation, concupiscence ou ignorance ? A vous de juger !

Quand on dépense dans le chantier d’Allah, il n’est pas bien d’être pingre mais il faut tout de même éviter le gaspillage et l’ostentation qui sont toutes deux bannies.

A toutes et à tous, nous vous disons DÉWÉNATI et que Dieu accepte nos sacrifices !

Serigne Moustapha MBAYE

Email : erotosmbaaye@gmail.com