Ultimate magazine theme for WordPress.

Une « dictature » dans Yewwi fait trembler la coalition

0

Il n’y a plus à dire, la coalition Yewwi Askan Wi est devenue le plus grand cauchemar de Macky Sall et Benno Bokk Yakaar. Cette coalition qu’on qualifiait « d’inceste politique » a réussi à tenir tête à la mouvance présidentielle. Lors des élections locales, la bande à Khalifa Sall a effectué une importante percée. Ce qui leur a permis de prendre le contrôle de mairies stratégiques comme celle de Dakar. Mais cette coalition risque d’éclater en mille morceaux. Une nouvelle forme de dictature est en train de semer le chaos.

Plus rien ne va à Yewwi Askan Wi. Même si certains leaders tentent de faire bonne figure, la coalition bat de l’aile. Les investitures en perspective des élections du 31 juillet 2022 en sont les principales causes. Depuis la publication de cette liste, on ne se regarde plus de la même manière dans cette coalition très prometteuse. Des frustrés sont en train de quitter le navire. Et Moustapha Mamba Guirassy est le dernier d’une longue liste de leaders qui ont tourné le dos à la coalition.

Et si les leaders les plus représentatifs quittent Yewwi c’est parce qu’une minorité a pris le contrôle de cette coalition. La confection de ces listes a donné raison à Xibaaru qui n’a cessé d’alerter sur la gestion partisane au sein de cette coalition. Khalifa Sall, Ousmane Sonko et Déthié Fall ont complètement raté la coche. Au lieu de mettre en avant les bons profils de leur coalition, ils ont préféré mettre leurs hommes et femmes dans de très bonnes positions. Laissant en rade des personnes comme Cheikh Bamba Dieye, Serigne Mansour Sy Djamil ou Moustapha Guirassy, des leaders qui rassuraient au sein de l’hémicycle.

Au sein de cette coalition, le leader du parti des patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF) est le seul maître à bord. Aucune décision n’est prise sans le cachet de Ousmane Sonko. Ses recommandations sont suivies comme celui d’un véritable roi. D’ailleurs la conférence de presse du mardi passé le prouve à suffisance. Aucun autre leader, à part le maire de Ziguinchor n’était présent. Même Khalifa Sall, chez qui le face à face avec la presse a eu lieu, n’était pas présent. Seul le « commandant en chef » décochait des flèches contre les frustrés et Macky Sall.

Même le groupe WhatsApp de la coalition Yewwi n’échappe pas à cette nouvelle forme de dictature. Contredire le Chef Ousmane Sonko n’est pas autorisé. Toutes les personnes qui le font, le paient cher. Le maire de Ziguinchor n’hésite pas à retirer les personnes critiques. Je ne permettrai à personne de proférer des insultes dans le groupe. C’est moi qui l’ai créé », déclarait-il lors de sa dernière sortie. Ce qui permet de comprendre aisément le climat délétère qui règne dans cette coalition.

Et pourtant, la même personne qui impose des règles que personne ne doit enfreindre est incapable de respecter les institutions de la République. Ce monopole du pouvoir par certains leaders tue cette coalition. A deux mois des législatives, ils sont plus que fragilisés. Par leur négligence, la liste de Yewwi Askan Wi à Dakar a été rejetée. Leur copinage pousse les autres à partir. Une situation qui risque de leur coûter cher face à la machine politique Benno Bokk Yakaar et les autres coalitions de l’opposition.

Yewwi Askan Wi qui ambitionnait de faire une nouvelle forme de politique est en train de devenir comme les autres coalitions. Les intérêts personnels, le partage du gâteau et les ambitions démesurées de certains leaders sont en train d’envoyer Yewwi askan wi au fond du trou. Si rien n’est fait pour régler la situation, cette coalition pourrait ne pas faire long feu. Reste désormais à voir jusqu’à quand ces nouveaux amis vont continuer à cheminer selon les conditions de Ousmane Sonko.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire