Ultimate magazine theme for WordPress.

Vaccination : Les vérités du président Macky Sall

0

Lors de sa prise de parole, ce dimanche, 4 juillet, aux rencontres économiques d’Aix-en-Provence 2021, le chef de l’État, Macky Sall, a encore déploré l’absence de solidarité internationale, dans la campagne de vaccination anti Covid-19.

« Dans un zoo, aux États-Unis, on est en train de vacciner des animaux contre la Covid-19, pendant que l’humanité, pour l’essentiel des pays en développement, on est à moins de 1% de taux de vaccination », a-t-il relevé pour s’en désoler.

« Cette pandémie a d’abord montré que nous avions tous les mêmes vulnérabilités, pays développés comme pays non développés, a-t-il déclaré. Nous n’étions pas du tout préparés à faire face à une ampleur telle que celle que nous avons connue tant au plan médical, sanitaire tant au plan des impacts économiques. Et nous n’en avons pas encore terminé aussi bien sur le plan sanitaire que sur le plan économique. Les conséquences les plus dramatiques vont encore se faire ressentir. Le Sénégal, lorsque les premiers cas se sont avérés, dès le mois de mars 2020, nous avons anticipé sur les mesures de restriction de fermeture des frontières aériennes, terrestres et maritimes.

Nous avons également mis en œuvre un état d’urgence qui a duré plusieurs mois, pour limiter la circulation du virus. Et en même temps, nous avions développé une riposte sanitaire, qui consistait, dès lors que nous n’avions pas beaucoup de connaissances sur la maladie, à isoler les malades et à faire en sorte que le déficit en équipements protection ainsi que la mise aux normes des hôpitaux soient faits au fur et à mesure. Nous avons pu construire l’un des centre de traitement les plus modernes au monde puisqu’il fait une capacité de plus de 200 lits en maladies infectieuses avec les normes de dernière génération », poursuit le chef de l’Etat dont les propos sont repris par nos confrères d’Emedia.

Le Président d’ajouter : « nous avons essayé de contenir la propagation. Ce qui fait que globalement au Sénégal et un peu à peu près en Afrique, si la contamination n’a pas été trop grande, ainsi que les conséquences en termes de nombre de décès, il n’en reste pas moins vrai que pour cette dernière poussée épidémique, qui correspond à ce qu’on appelle la 3e vague, risque d’être quelque peu difficile pour l’Afrique. Compte tenu de ce variant Delta et compte tenu du relâchement.

Puisque cela fait deux ans pratiquement que les populations sont sous restriction. Les gens sont un peu fatigués, et c’est ça le risque. Alors que l’Afrique ne s’est pas vaccinée. Là aussi, nous avons l’occasion de parler de la problématique de la vaccination pour véritablement, malgré les efforts sur l’initiative Covax, les grands pays ont pratiqué un nationalisme vaccinal. J’ai même été très surpris hier d’apprendre dans un zoo aux États-Unis, on est en train de vacciner des animaux contre la Covid-19, pendant que l’humanité, pour l’essentiel des pays en développement, on est à moins de 1% de taux de vaccination ».

laissez un commentaire