Ultimate magazine theme for WordPress.

Voici les « mercenaires » de Macky Sall…ils risquent de bruler le pays

0

Par les temps qui courent, le cadre unitaire de l’Islam au Sénégal (CUDIS), n’a pas tort de vouloir faire signer aux différents acteurs politiques, une charte de non-violence. Alors que l’on s’achemine vers des élections, les états-majors politiques dont celui de Macky Sall ne cessent de semer les germes du chaos. Les discours va-t-en-guerre qu’ils tiennent sont devenus un danger pour la stabilité de ce pays. Dans cette guerre des mots, chaque parti possède ces « mercenaires ». Après Ousmane Sonko, c’est autour de Macky Sall d’avoir trouvé les hommes qui tireront sur tout ce qui bougera.

Avoir une armée de mercenaires est la nouvelle trouvaille de nos hommes politiques. Désormais, toute personne qui parlera d’un leader devra s’attendre à ce que ces répondeurs automatiques lui sautent dessus. Cette forme de violence qu’on attribuait à certains membres de l’opposition, est désormais devenu le quotidien de la mouvance présidentielle. Macky tient désormais ses mercenaires qui n’hésitent pas à utiliser la fibre ethnique pour tirer dans le tas.

Gaston Mbengue est la dernière recrue de cette armée. Le promoteur de lutte, en voulant s’en prendre à Barthélemy Dias, a insulté tous les Sénégalais. « On va dire que je suis raciste. Mais dans ce pays, il y a des centaines de milliers de Mbenguènes, des centaines de milliers de Ndiayènes, des centaines de milliers de Diobène, des centaines de milliers de Sarrènes, Des centaines de milliers de Fallènes, des centaines de milliers Nianguènes… mais des Dias, il y en a moins d’une centaine. Si on les brûlait tous, cela ne diminuerait rien à la marche du pays », déclaré le Don King de l’arène.

Mais en tenant de tels propos, Gaston appelle à des émeutes ou à des attaques ciblées contre de tierces personnes (Les Dias). Un véritable danger au moment où l’arène politique est devenue une poudrière, lui il ne trouve rien à faire que de jeter de l’huile sur le feu. Gaston doit savoir raison garder et remuer la langue sept fois avant de parler. Car ce pays a pour devise « Un peuple-Un but-Une foi ».

Mais Gaston Mbengue n’est pas le premier à se lancer dans ce chantier dangereux. On se rappelle d’Aliou Dembourou Sow qui invitait les Peulhs à prendre leurs machettes pour défendre Macky Sall. Ou alors Madiambal Diagne qui stigmatisait les personnes originaires de la Casamance, juste pour défendre le locataire du Palais, durant les évènements du mois de mars. « Des manifestants du mois de mars à Dakar sont des rebelles venant de la Casamance », déclarait le journaliste.

Dans cette nouvelle armée, différente de la Task-force de Macky qui est inactive, des ministres y ont laissé leurs marques. Un ministre de la République est en train d’utiliser la fibre ethnique pour battre campagne et pouvoir écraser les adversaires de Benno Bokk Yakaar, au soir du 23 janvier. « C’est inadmissible voire incompréhensible que des ‘’Lébous’’ de souche aillent soutenir une autre candidature que la mienne », affirmait Abdoulaye Diouf Sarr. Malheureusement, le ministre de la Santé et de l’Action Sociale oublie que le vote n’est pas déterminé par l’appartenance ethnique.

Macky Sall est le seul responsable de cette prolifération de propos xénophobes. En tant que chef d’Etat et leader politique, il gagnerait à remettre son entourage sur les rails. Les laisser déraper de la sorte pour le défendre, ne ferait que le faire détester davantage par les sénégalais. Il est le président de tous les sénégalais, pas uniquement de Benno Bokk Yakaar ou de ses affidés. Alors tout le monde attend que Macky condamne ses propos et recadres ses souteneurs.

Que les politiciens de ce pays se le tiennent pour dit : « Si Senghor, Abdou Diouf ou Abdoulaye Wade n’ont pas pu bruler ce pays, personne d’autres ne pourra le faire ». Ce pays est un et indivisible, que Gaston grave cela dans sa mémoire de perroquet.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire