14 ans après l’assassinat d’Oumar Lamine Badji…sa famille réclame toujours justice !

Dans la nuit du samedi 30 au Dimanche 31 Décembre 2006, l’ex Président du défunt conseil régional de Ziguinchor perdait la vie dans des conditions criminelles alors qu’il s’était rendu à Sindian (Bignona), son village natal pour passer la fête de Tabaski en famille. Cela fait 14 ans que ses proches vivent dans la douleur. Selon Seydou Badji, coordonnateur de l’organisation de l’anniversaire et porte-parole de la famille, « c’est comme c’était hier »

Une enquête avait alors été ouverte et l’année suivante, des personnes avaient été arrêtées puis jugées quelques années plus tard. La famille reste à moitié sur sa faim concernant le feuilleton judiciaire de cet assassinat. Parmi les accusés, certains ont été jugés et condamnés à 20 ans de réclusion au même titre que « ceux qui ont fui » et c’est ceux-là qui font que rien n’est encore complètement clair dans les esprits des proches d’Oumar Lamine Badji. Pour eux, toutes les personnes impliquées doivent être traquées, arrêtées et entendues pour élucider toutes les zones d’ombre cachées par les éventuels commanditaires de ce crime odieux.

Malgré tout, la famille a pris une décision forte pour ne pas maintenir la douleur dans les cœurs. En effet, tout en exigeant toute la lumière, la famille est dans la dynamique de pardonner mais à condition que les gens avouent et expliquent les motivations de leur acte.

Cependant, Sindian réclame toujours une reconnaissance digne de l’œuvre et du rang d’Oumar Lamine Badji au profit des populations du Fogny. En dehors du lycée de Djibock de Ziguinchor et la permanence nationale du Parti démocratique sénégalais qui portent son nom, c’est le désert. Les populations de Sindian ou de la région de Ziguinchor seraient plus heureuses si l’Etat avait réalisé une infrastructure à Sindian comme par exemple la boucle du Fogny ou la route Bignona-Sindian et lui donner le nom d’Oumar Lamine Badji. Mais le Fogny espère que l’Etat va se ressaisir vite et corriger cette erreur qui rend l’histoire d’Oumar Lamine Badji plus sombre

L’anniversaire de cette année se tient dans la sobriété et l’intimité familiale élargie à quelques proches et amis de la famille, une volonté consolidée par le contexte de pandémie du covid 19