3e mandat de Macky…Diaraf Sow raille l’opposition

LE 22 OCTOBRE 2019, Abdoul Mbaye déclarait que le Président Macky Sall pouvait bien se présenter en 2024 et que la Constitution de 2016 le lui permettait.
En ces Termes, Abdoul Mbaye expliquait : « Mes chers compatriotes, un débat est né portant sur le troisième mandat du Président Macky Sall. Ce dernier peut-il ou non être candidat en 2024 si d’aventure il était réélu en 2019 ? Ma conviction est la suivante :
1. La constitution de 2016 dont il a été l’instigateur lui permet de se présenter à la candidature suprême en 2019 et de briguer un second mandat de cinq ans, soit donc un troisième mandat. Cela pourrait lui permettre de rester dix sept ans à la tête de l’État du Sénégal ;
2. L’oubli d’une disposition transitoire qui aurait pu éviter ce troisième mandat est volontaire puisqu’elle avait été proposée par la CNRI mise en place le Président M. Sall lui-même, et présidée par le Pr Ahmadou M. Mbow (art.151, al.2 du projet). Les dénégations venues de son proche entourage ne peuvent convaincre du contraire. Du reste nous avons déjà connu la promesse du mandat de sept ans ramené à cinq ans et ce qu’il est advenu de cet engagement fort. Le Pr Babacar Gueye avait donné sa position. Les politiciens et hommes politiques peuvent lui en vouloir d’avoir exprimé une position juridique, mais cette dernière ne souffre d’aucune ambiguïté. De surcroît je ne vois pas le Conseil Constitutionnel qui pourrait prendre une position d’une part défavorable au Chef de l’État, et d’autre part contraire à la décision qu’il a déjà exprimée.
La seule réponse à cette nouvelle et énième tromperie sera politique. » Abdoul_Mbaye
À cette position Juridique claire et nette, nous voyons  une autre position guerrière de nos amis de l’opposition qui envisagent non seulement de défier la loi et les institutions de de la République mais par une riposte politique, par la violence qui commence déjà par une dissuasion ou « napaté » en wolof comme à l’époque de la guerre froide.
Comprenons là qu’en politique les actes posés peuvent être légaux mais aussi illégaux et ces délinquants malintentionnées ont choisi la violence et le « khokhatal » pour dissuader et contraindre le Président Macky Sall et ses partisans à renoncer à se présenter en 2024, malgré qu’il en a le droit.
Ainsi, sur ce registre, Ousmane Sonko a demandé que l’on emprisonne les partisans de la la candidature du Président en 2024 et que par A ou B ce dernier ne sera plus Président à partir de cette date. Ce n’est pas une violence ça ? Qui l’a dénoncé ? Thiaat de Yen À Marre a promis de déloger le Président Macky Sall du palais s’il se présente en 2024. Ce n’est pas aussi un discours violent et une menace à la souveraineté nationale  appropriée par un seul individu ou par un groupe ? Qui l’a dénoncé ? Où sont ceux qui s’acharnent sur le député Doumbourou SOW lorsque Malick Conté prétendait que le pays sera ingouvernable en 2024 si le Président Macky Sall se présente ? N’est-ce pas aussi un discours violent ?
Et les partisans du Président n’ont-ils pas le droit de riposter face à ce terrorisme médiatique et va-t-en-guerriste de l’opposition ?
Il est temps de siffler la fin de la récréation. Dissuasion pour dissuasion, il faut soit tout condamner soit continuer de garder le silence et nous laisser sur notre terrain de jeu.
Espérons que le Président Macky Sall se présente en 2024, le Conseil Constitutionnel dira droit et rien ne se passera.
On se connait très bien.
Condamnez tout ou laissez le député Aliou Dembourou Sow tranquille.
Comportement des moutons, réaction du berger.
Me Diaraf SOW SG NATIONAL PARTI ADAE/J (BBY).