Ultimate magazine theme for WordPress.

A Macky Sall…« On ne gouverne pas avec des vautours »

0

Au terme de cette période électorale, il reste une évidence : on ne gouverne pas un pays avec des « vautours  »

Aujourd’hui, l’heure est à la rénovation du gouvernement  ; car au-delà de la redéfinition d’une ligne politique nationale claire et lisible – d’où la nécessité d’un remaniement immédiat, il faut se débarrasser et vite de ces « vampires politiques  » à l’image du maire de Dagana qui, malgré vingt-sept (27) ans de règne, continue d’avoir la seule et même ambition : rester éternellement ministre et jouir du pouvoir.

Le président Macky Sall a su remarquablement gagner en 2012, il n’a pas su tirer complètement les leçons de sa victoire. Après le Trafalgar des partis traditionnels, il se devait de canaliser en énergie positive la déflagration qu’il avait provoquée. Il a laissé les épaves des vieux partis (Ps, Afp, Pds etc) dériver librement en surface. Et L’Apr, maintenue dans son statut informel d’outil électoral, n’a pas été dotée de l’autonomie nécessaire à sa liberté de mouvement.

Simple courroie de transmission du vouloir présidentiel, il n’a donc pas été en situation de faire remonter efficacement les informations du terrain. Pourtant, une lecture critique des résultats de l’élection locale suffisait à saisir le délabrement du lien unissant les électeurs aux élus. Dans les chiffres bruts eux-mêmes, se profilaient les contours de la crise actuelle. Le message était pourtant clair, mais quand le sentiment d’être ignoré vient rejoindre celui d’être injustement traité, et que de surcroît les gouvernants semblent ne plus maîtriser les problèmes, la voie est ouverte à une perte de légitimité.

La perte de confiance se signale par différents symptômes, perceptibles en amont de la crise : perte accélérée de popularité, montée de l’abstentionnisme, vote protestataire, multiplication des incivilités, radicalisation des contestations. Encore faut-il chercher une remédiation ? Bien évidemment ! C’est aussi simple : désencombrer le gouvernement de la présence de ces vieux caïmans politiques.

Les résultats de ces élections législatives bien assimilable à une défaite cuisante, malgré la probabilité d’être majoritaire à l’assemblée, apparaît comme un paradoxe et peut laisser perplexe. Pourquoi le président de la République malgré ses réalisations et qui a bénéficié d’une popularité exceptionnellement forte, a-t-il subi un échec aussi cuisant que celui du 23 Janvier ? Pour quelles raisons a-t-il trouvé son action sanctionnée avec autant de brutalité, non seulement par une défaite dans les urnes, mais surtout et plus profondément par une abstention record qui touche les catégories populaires, c’est-à-dire ce que l’on considérait jusqu’alors comme son électorat naturel (Louga, Saint louis…) ?

Parce qu’il est entouré de vautours politiques qui se préoccupent de leurs intérêts personnels, qui ne voient pas que les choses ont changé et que la voix du peuple dans les urnes est plus fort que leurs partis de contribution, de consommateurs…

Il nous faut des hommes capables de travailler pour renforcer notre pays, sa capacité d’innover, de créer des emplois, de libérer des énergies, de redonner à nos concitoyens la possibilité d’agir en levant les verrous qui depuis trop nous brident et non des hommes qui encouragent et facilitent l’alcoolisation des jeunes :  PLUS DE 500 CARTONS DE CANNETTES D’ALCOOL  distribué à la jeunesse de Dagana entre les échéances municipale et celles législatives. Pire que des criminelles… À suivre…

LA PENSÉE JUSTE, LA PAROLE VRAIE, L’ACTE SENSÉ !

Fadiga Papis

laissez un commentaire