Ultimate magazine theme for WordPress.

Adama Gaye : « Le Sénégal continue d’agoniser »

Le journaliste Adama Gaye, opposant Sénégalais en exil
0

Exit Vox Populi…Par Adama Gaye

Il s’est permis, en cachette, sur nos sous, de se payer un avion de souveraineté, sans autorisation préalable de l’Assemblée nationale ni validation de la pertinence de l’acquisition onéreuse par le peuple souverain.
Il se construit, sans notre aval, un autre Palais national, dans la tradition des pires autocrates dispendieux.
Il s’est octroyé un bateau de plaisance dans le plus grand secret.

Depuis son arrivée à la tête d’un misérable pays qu’il promettait de mettre sur la pente d’une gestion sobre et vertueuse, alors que la pauvreté et les inondations, montent de toutes parts, sur fond d’insécurité, il n’en fait qu’à sa tête. Comme si le Sénégal avait été créé pour qu’il soit une propriété privée, au service de ses caprices les plus irresponsables, destructeurs de ses fondements.

Il gère le budget selon ses humeurs. Les questions judiciaires relèvent de son tempérament du moment. Il détient une lettre de cachet pour coffrer qui lui oppose une quelconque résistance. Les critiques sont bannies, dans son entendement. La démocratie pluraliste est devenue, sous son genou, une farce.
Les élections sont faites pour être retournées comme une tarte, pour faire correspondre les résultats avec ses désidératas. Exit vox populi. Vox Dei, la sienne, triomphe, sans murmures.

Il a vendangé les ressources naturelles que Dieu a eu la grandeur de loger sous et sur notre sol et nos entrailles maritimes et océaniques.
Depuis des mois, seul, tel un grand garçon, lui, l’ancien vendeur à la sauvette de New York, décide de tout, sur tout, pour ses intérêts. L’Etat est décapité. Plus de primature. Le gouvernement est un condensé de pitres, à la merci de ses sourcils, ses membres étant réduits à courir derrière sa voiture pendant les campagnes électorales ou ses tournées nationales. Il préfère, sans mot dire, jouir de les voir s’accrocher, tels des apprentis, sur les rebords des marques à milliards de francs CFA avec lesquelles il se pavane, lui qui peinait voici moins de 25 ans, à faire démarrer sa poussive R9.

Pendant que le pays est en apnée, proche d’une crise cardiaque souveraine, les caisses publiques vides malgré une frénésie d’endettement pour faire bouillir la marmite, il s’en va vadrouillant, se posant en Président de l’Afrique. On le surprend même entre le Tchad et le Mali à prôner la démocratie représentative plurielle dans sa meilleure tradition.

Ce jour, il est quelque part, vers l’Ogooué, au Gabon, terre de monocratie réticente à l’affirmation effective d’un pluralisme politique, encore moins d’une transition par l’alternance à sa tête.

Ne l’oublions-pas, son déplacement n’est pas tellement pour fêter, avec les Gabonais, l’anniversaire de leur accession à l’indépendance.
C’est la magie de la maçonnie, si prégnante sur ces terres tropicales au cœur de la forêt africaine, qui l’ont fait s’y rendre.
Il a repris ses fétiches.

Qui s’étonne de voir l’opposition, ou ce qui en tient lieu, après une victoire aussi populaire, aux dernières législatives, demeurer, comme bouche-bée, pendant qu’il reprend l’initiative, comme si de rien n’était. Comme par un ultime pied de nez à la vox populi, assurément réduite à sa plus…simple expression.

Qui va arrêter ce goujat? Son passar passaré de nos ressources, du haut de sa fatuité, n’a d’égale que l’inconscience qu’il a en menant notre si grand et beau pays à sa perte. Sans soucis. Il est prêt à le déchiqueter en mille morceaux et s’en donne à cœur-joie ne craignant même pas que tout ceci se termine par un bain de sang digne des orgies maçonniques qui lui donnent un sentiment d’invincibilité.

Le Sénégal continue d’agoniser, il s’en fout, qui est en vadrouille et bamboula.

Adama Gaye, 17 Août 2022

laissez un commentaire