Adama Gaye : « Questions du dimanche…Chauvin au Sénégal »

Groggy, le Sénégal se pose des questions lourdes, alors que pointe le mois de Juin, et il n’a pas de réponses.
“Les gens en ont marre”, s’étouffe une dame, qui me l’écrit, hier nuit, ulcérée.

Dépassé par la propagation de la pandémie de la Covid19 (concept féminin que j’utilise ainsi que décidé je ne sais par qui!), le Ministre de la Sante, Abdoulaye Diouf SARR, oubliant un peu ses bisbilles avec l’un des grands chefs médecins du pays, Professeur Seydi, s’est laissé aller à un aveu d’impuissance.

“Nous perdons la bataille”, s’étrangle t’il.

Le pire arrive. Le pays n’y est pas préparé. Ni lits d’hôpitaux ni appareils respiratoires. Ni médicaments. Ni assez de personnels de santé.

L’hécatombe est l’horizon d’un pays exténué sans ressources ni ressorts.

Sa population a des boules à la gorge, au réveil.

Elle avait faim. Les milliards dépensés dans des contrats pour l’acquisition de denrées alimentaires dans des conditions criminelles, de détournements des deniers publics malgré la gravité de l’heure, ces sommes ne se sont toujours pas traduites en distributions concrètes de l’aide promise.

Affamés, les gens attendent la mort.

Ils ont aussi soif. Et le font savoir. L’eau manque. Partout. Un officiel a osé déclarer qu’il fallait augmenter son coût.

Provocation ou insulte? Des larmes de désespoir perlent.

Les nouvelles s’aggravent. Dans le Sud du pays, dans les localités touristiques, en particulier celle de Cap Skirring, les foules sont sorties hier pour exiger le précieux liquide, sans lequel il ne peut y avoir de vie.

La seule réponse qu’elles ont reçue? Des tirs à balles réelles. Une dame en a eu l’œil détruit.

La colère est générale. On a annoncé que deux gendarmes ont été pris en otages par les villageois, tiraillés entre la pénurie d’eau et celle, violente, de la sécurité d’état.

Les plus anciens dans cette région se sont souvenus qu’elle était tombée dans une longue rébellion indépendantiste, en particulier au début des années 1980, pour exprimer la colère qui y bouillonnait après la répression contre les supporters du Club de football de la région, le Casa-Sports, au lendemain d’une finale de coupe jouée à Dakar en juillet 1980.

Le Sénégal se réveille la tête engourdie. Il se demande qui désormais croire au sein d’un État où le mensonge est devenu la novlangue. Le frère du président de la république (l’illégitime vainqueur d’une élection frauduleuse, il y a un an) feint une maladie, la contamination par le corona, pour faire oublier son détournement de milliers de milliards cfa d’hydrocarbures. Les décrets qui sont émis sont faux, comme celui, insultant, sur l’honorariat des ex-presidents du conseil économique et social (un gâchis!). L’Etat d’urgence qui angoisse le pays est illégalement prolongé par un pouvoir faisant désormais dans la désinvolture et la violation flagrante des dispositions légales.

Le mensonge est partout. Jusque dans cette volonté de cacher la maladie, connue de tous, de l’un des fils du Président d’une République à terre. On fait monter au créneau l’autre, l’aîné, pour que nul ne sache ce qui arrive au cadet des fils.

Pendant ce temps, les entreprises coulent, avec, en tête, victime d’un bradage sans précédent, la société nationale d’électricité. Sans que le crime devenu public ne soit tranché par un régime qui se sait mouillé et tenu pour ses actes illégaux qui le hantent et le rendent inapte à résoudre les litiges qui montent sous ses pieds, le réduisent à néant.

Le pays est endetté. Pour masquer l’impéritie ambiante, le régime a recruté les mêmes têtes qui depuis 1980 sont les flagorneurs des pouvoirs qui se sont succédé.

Et il pense pouvoir tromper son monde en organisant une journée de lancement de l’annulation de la dette africaine. Ce sera le 7 juin. Vain exercice. Gesticulation risible d’un Macky SALL qui s’en veut le champion. Tous, rire en coin, savent qu’il a détourné les milliards dont il demande l’annulation. Les peuples des pays créanciers n’en veulent pas. Ils ont raison.

Chut, le Sénégal déverse officiellement sa bile sur ce salaud de policier qui a ôté la vie à George Floyd, dans le Minnesota en lui enfonçant son genou sur le cou, mains dans les poches, en extase, pendant 8minutes 46 secondes.

Le Sénégal entier a retenu le nom de ce flic de la pire espèce au nom repoussant: Derek Chauvin.

Qui connaît le nom du flic local ayant gâché l’œil d’une jeune dame hier au Cap Skirring, d’un tir tendu?

Scène ordinaire dans un pays à la dérive. Dans cette nation en danger de mort, le chauvinisme local est sans visage, expression d’une violence aveugle, physique et par la privation de libertés, des besoins primaires comme l’eau et la nourriture.

La santé n’y est plus assurée.

Et les fans de Derek Chauvin y déambulent, armes à la main, assurés d’une cynique impunité. Hier, une dame en a vu sa vie détruite, son œil emporté. Quel homme voudra d’elle ?

Le Sénégal est un pays triste.

Bon dimanche…

Adama Gaye, Le Caire, 31 Mai 2020