Ultimate magazine theme for WordPress.

« Alioune Tine essaient de tromper le peuple », selon…

Alioune Tine, fondateur d'afrikaJom center
0

Aliou, ton masque est déjà tombé !

Au Sénégal, certains poltrons n’osant pas affirmer leur appartenance politique, se réfugient le plus simplement du monde dans des organisations de droit de l’homme ou dans la société civile.

La société civile digne de ce nom est un catalyseur dans la vie publique, un pont qui doit relier les hommes et le monde de la politique.

Ce n’est malheureusement pas le cas dans notre pays où des politiciens de dernier acabit de la trempe de Alioune Tine essaient de tromper le peuple en cherchant à se cagouler avec le masque d’observateur ou de lanceur d’alerte.

Mais ils ne parviendront pas à leur fin et cela saute aux yeux.

Comment quelqu’un qui n’est pas à équidistance des partis politiques peut-il jouer la médiation entre les acteurs politiques ?

Alioune vous avez déjà et manifestement pris position.

En effet, vous avez fait une interprétation tendancieuse de la Constitution en parlant hâtivement de « calmer le climat politique en ébullition » ou de « transition négociée et inclusive pour une présidentielle apaisée et transparente en 2024».

Vous avez exclu d’office le Président Macky Sall à qui vous demandez de « donner une réponse claire aux crises politiques et aux crises de l’État de droit, en disant qu’il ne sera pas candidat en 2024″.

Sur quoi vous fondez-vous pour dire de telles sottises ?

Le pays est loin d’être en ébullition et le Président Macky SALL n’a nullement besoin de dialoguer avec les leaders de Yewwi Askan Wi pour soi-disant apaiser un climat politique qui est tout à fait stable.

Qu’est-ce qui doit obliger le Président Macky SALL à déclarer sa candidature ou pire à dire qu’il ne sera pas candidat en 2024 ?

Sur quel article de la Constitution vous fondez-vous pour dire que le Président Macky SALL ne peut pas être candidat en 2024 ?

N’est-ce pas vous qui avez, en 2012, on se demande encore sur quelle base, demandé qu’on accorde au Président Abdoulaye Wade une transition de deux ans ?

Décidément, vous êtes un magicien qui agit sans foi ni loi !

L’article 27 de notre Charte fondamentale est on ne peut plus claire sur la question.

» La durée du mandat du Président de la République est de cinq ans.

Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs. »

Cette Constitution a été adoptée par le Référendum de 2016 qui avait vu une majorité écrasante des Sénégalais voter oui.

Le Conseil Constitutionnel qui, dans sa Décision n°1/C/2016 du 12 février 2016, avait répondu à la saisine du Président Macky SALL sur la possibilité de la réduction du mandat que : « le mandat en cours au moment de l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, par essence intangible, est hors de portée de la loi nouvelle » ; en conséquence, avait-il ajouté dans son argumentaire que : « la loi nouvelle sur la durée du mandat du Président ne peut pas s’appliquer au mandat en cours. »

Le peuple, par voie référendaire, a donc balisé un second mandat de cinq ans au Président Macky Sallet le Conseil Constitutionnel a conforté le peuple dans ce choix.

Le moment venu, le Président Macky SALL répondra favorablement à l’appel du peuple pour qui le second mandat est une demande sociale voire une exigence.

En effet, il sait que le Président Macky SALL est une chance pour le Sénégal et pour l’Afrique et il préfère continuer avec lui plutôt que de remettre son destin entre les mains d’aventuriers qui ne sont même pas capables de gouverner une commune.

La stabilité du pays est dans le rétablissement de la vérité que vous, qui prétendez être des observateurs ou des lanceurs d’alerte », devez faire à l’endroit du peuple que vous ne pouvez, heureusement, pas tromper.

En attendant Aliou et compagnie, l’Etat, garant de la stabilité des institutions et de la paix sociale de notre pays, veille au grain pour que force reste à la loi.

A bon entendeur, salut !

Ibrahima Baba SALL

Député Maire de Bakel

laissez un commentaire