Aly Koto Ndiaye descend le Commissaire Sadio !

Lorsque le bavardage des donneurs de leçons empêche d’entendre le retentissement des actes des bâtisseurs, alors la société régresse. – (Mohamed Fillali)

Dans notre landerneau politique les experts de l’outrance, se complaisent dans la provocation chronique et sarcastiquement, on note actuellement que c’est le dérapage qui attire l’attention. L’excès, le défaut, la brutalité, captivent davantage que la sagesse.

Monsieur Boubacar Sadio en est certainement  convaincu ; sinon comment concevoir qu’un commissaire de police de classe exceptionnelle à la retraite, s’adressant aux dirigeants étatiques comme religieux, puisse s’exprimer de manière autoritaire, en empruntant un ton aussi condescendant, aussi insultant, et  aussi vulgaire ?

Avec toute «l’expérience» qui a rendu notre commissaire,  «exceptionnel», pourquoi éprouve-t-il le besoin d’être plus virulent que tout le monde (activistes et opposants confondus) ? Désolé Monsieur le commissaire de police exceptionnel, votre ton a dilué toute la quintessence de votre interpellation, si tant est que votre objectif était d’alerter. Si ça va au-delà,  il fallait vous limiter à «président Macky» et nous épargner le «Monsieur le président».

A-t-on besoin de se montrer si arrogant, si suffisant et si Méchant, juste pour déclamer son opposition à un homme ou à un régime ?  Une personne imbue de valeurs ou se réclamant comme telle doit éviter d’utiliser un langage aussi trempé, aussi abject même contre son ennemi encore moins un adversaire politique ; et cela au risque d’être déprécié par ses admirateurs voire sa famille au sens large du terme. A dire vrai monsieur le commissaire exceptionnel, vous êtes allé trop profondément dans la fosse et franchement c’est un sentiment de honte  qui m’envahissait au fur et à mesure que je parcourais votre lettre.

Vous dites que vous avez retrouvé votre liberté de ton et de conviction,  c’est dommage, la retenue vous allait certainement beaucoup mieux que cette liberté ; mais je me disais bien que ce n’est pas avec ce genre de discours pas policé  du tout que vous avez gravi les échelons jusqu’à atteindre la valorisante classe exceptionnelle de la police. Malheureusement, pour retrouver votre  «liberté de ton et de conviction», vous avez gommé le beau vernis qui vous a permis de tromper solennellement votre monde. Demandez à vos proches dans la police quel Boubacar Sadio ils préfèrent entre celui policé et courtois d’avant  retraite, et celui rugueux et belliqueux qui a retrouvé sa liberté. Vous risquez d’être déçu.

Par ailleurs, pourquoi convoquer dans votre argumentaire, les propos d’antan d’un Monsieur (le ministre Souleymane jules Diop en l’occurrence) qui de fait, pour avoir accepté de travailler sous les instructions du Président Macky Sall, a reconnu son erreur de jugement ? Est-ce une astuce pour embarquer  l’opinion dans la cacophonie ? Cela s’appelle bien manipulation monsieur le commissaire exceptionnel. Me revient alors une réflexion bien à propos, lue quelque part :

Le cynique qui clabaude sur les réseaux sociaux et dans les shows télévisés, n’argumente pas. Il utilise la technique quasi imparable de l’insinuation et l’esbroufe. Il détourne l’attention, esquive la réflexion et ruine les débats par son tapage.

Oui, vous avez le droit de donner votre opinion, mais sans cynisme Monsieur. Les insanités et autres insinuations sordides (j’entrevoie un sourire laconique quand vous parlez de la  Diongoma) ont fait perdre  à la lettre au Président son caractère d’alerte qui lui était dévolu. Pour autant, comme vous je pense que cela ne valait pas la peine qu’on vous convoque, vous n’êtes pas celui qu’ils croyaient prendre, le vernis est bien parti, et  y en a pour qui, mobiliser la police est superflue.

Une dernière question Monsieur le Commissaire de Police de classe exceptionnelle : Pendant que vous étiez en fonction, combien de dirigeants de cette «oligarchie politico-religieuse sans éthique et sans morale, cupide, vorace et qui exploite les sénégalais depuis notre prétendue indépendance» avez-vous dénoncés, traqués et peut être même mis en prisons ?  À moins que, fort en vernis et astuce vous ne vous soyez accommodé (ou accoquiné) pour vous maintenir en poste et gravir les marches qui mènent au cercle restreint de la crème de notre respectable et respectée police. Cette question me taraude parce que tout simplement, vous avez traversé au moins trois régimes sans que ce sombre tableau que vous décrivez et qui sévit depuis notre indépendance, ne vous ait jamais poussé à la démission.

Pour finir, j’avoue que j’ai aimé le «baume douceur» dans le sens du poil pour les Magistrats, les forces de défense et de sécurité, les enseignants et les blouses blanches (covid-19 oblige) ; ce clin d’œil m’a arraché un sourire.

Aly KOTO NDIAYE ancien Ministre de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l’Emploi 

Président du Fonds de Développement du Service universel des Télécommunications (FDSUT).