Après Macky…le pouvoir échappe à l’APR

Le président de la République, Macky Sall et les présidents des principales institutions du Sénégal

Ses alliés à la tête des grandes institutions : Que prépare Macky Sall ?

Le Chef de l’Etat Macky Sall sait gracieusement servir ses alliés, surtout lorsqu’il s’agit de poids lourds de la scène politique nationale. Macky Sall est-il un homme politique généreux ou simplement un calculateur politique ? L’un dans l’autre, il neutralise bien de potentiels concurrents qui se trouvent au sein de la mouvance présidentielle.

Macky Sall a réussi à tenir en respect l’Alliance des forces de progrès (AFP), le Parti socialiste (PS) et maintenant le Rewmi. Il a fait de leurs leaders, les deuxième, troisième, et quatrième, personnalités de l’Etat. Une situation inédite à laquelle, le Sénégal ne s’était jamais retrouvé. Moustapha Niasse de l’AFP, Président de l’Assemblée nationale, Idrissa Seck du Rewmi, Président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et Aminata Mbengue Ndiaye du PS, à la tête du Haut conseil économique, social et environnemental (HCCT), les alliés du Président de la République se frottent les mains.

Ailleurs ou dans un autre contexte au Sénégal, ces postes sont occupés par des personnalités issues des rangs du parti au pouvoir, tel n’est pas le cas avec le Président de la République Macky Sall.

La situation est inédite. Car, en cas de vacance du pouvoir, c’est un de ses alliés du chef de l’état  Macky Sall qui va assurer l’intérim en attendant l’organisation d’une élection présidentielle anticipée. Avec toutes les conséquences qui pourraient en découler. Le Président de la République Macky Sall est bien conscient d’un tel scénario. C’est pourquoi, l’on se demande ce qu’il peut bien avoir en tête.

D’autant qu’avec Macky Sall qui montre à chaque fois qu’il reste un grand stratège de la politique, rien ne doit mis au hasard. En plaçant des alliés à la tête d’institutions comme l’Assemblée nationale, le CESE, le HCCT, Macky Sall doit bien avoir quelques idées dans sa tête.

La rédaction de Xibaaru